Je vous ai déjà glissé un mot à propos de cet extraordinaire petit livre pour enfants éveillés et pour adultes au cœur toujours ouvert à l’émerveillement. Le titre ? Le Dictionnaire du Père Noel. Rien de moins ! C’est publié chez Gallimard et l’auteur se nomme Grégoire Solotareff.

Comme tout dictionnaire qui se respecte, les mots sont présentés en ordre alphabétique, du A jusqu’au Z. Une page = un mot. Et à chacun des mots correspond une image explicative. Un bijou de petit livre dans un format 6 pouces par 6 pouces. À $28, c’est pas donné, me direz-vous mais ça ne fait que refléter la qualité de cet ouvrage.

Allons-y avec le premier mot ABEILLE : les abeilles du Père Noel ne fabriquent pas de miel, mais des bonbons. Pour illustrer le tout, une abeille hallucinante qui vole avec un énorme bonbon enveloppé.

ATTENDRE : ça ne sert à rien d’attendre le Père Noel ni de se cacher dans le noir pour essayer de le voir : on ne le voit jamais, tout le monde sait ça. Pour illustrer, une fenêtre dans la nuit avec des demi-faces d’enfants cachés dans le noir.

CHAUSSURE : le Père Noel adore ses vieilles chaussures jaunes, mais les Lutins trouvent que ça ne fait pas très Père Noel. Et voilà pourquoi il ne les met pas. Les belles chaussures jaunes viennent imager le mot, vous l’aurez compris.

MALHEUREUX : quand il était petit, le Père Noel était malheureux parce qu’il n’y avait pas encore de Père Noel. L’image montre un Père Noèel jeune, sans barbe, avec une moue triste.

Comme outil pour endormir votre chérubin ou celui de votre sœur, c’est magique. Trois, quatre ou cinq mots par soir. Chaque mot vous permet d’élaborer sur l’univers du vieux barbu en y allant de vos propres folies complémentaires. La petite Raphaelle écarquillait des yeux devant mes récits pour compléter chaque mot alors qu’en retrait, Roger et Caro se tordaient de mes élucubrations inspirées par ce joyeux drille qu’est Grégoire Solotareff.

CAGOULE : une cagoule à la place du bonnet donnerait un air méchant au Père Noel. C’est pourquoi il n’en porte jamais. Essayez d’imaginer le dessin appuyant cette grande vérité . . .

Pour la lettre K il n’y a qu’un mot KILO : quand le Père Noel mange trop de bonnes choses, il devient gros et atteint 200 kilos. Alors, pour se moquer de lui, ses lutins l’appellent «le gros chaperon rouge». Voyez-vous l’image ?

FILLE : heureusement, le Père Noel n’a pas de fille : on sait comment il l’habillerait et elle risquerait de se faire manger par le loup.

Une petite dernière. Le mot DERRIÈRE : en Afrique, il y a de vilains singes qui montrent leur derrière au Père Noel. Ce n’est ni gentil ni très poli. D’ailleurs, ils n’ont jamais de cadeaux. Les fesses rougies d’un primate viennent compléter cette définition.

La lettre Z vous chicote ? Bande de bébés, je vous la donne. ZÈBRE : le zèbre de Noel est un zèbre ordinaire, mais au lieu des lignes noires, il a des lignes rouges et il n’existe pas.

Allez, bonne lecture !

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore