Je n’ai pas voté pour Denis Coderre bien sûr. Et je suis content que les montréalais ne lui aient pas donné carte blanche avec un conseil de ville majoritaire.

Toutefois, en ce lendemain d’élections, je me suis surpris à n’être pas trop enragé. Et après réflexion, je suis plutôt porté à attendre pour voir ce que fera cet homme et ce politicien depuis son adolescence quasiment.

Déconnecté du parti libéral fédéral pour aborder cette élection municipale, Denis Coderre amorce donc sa dernière portion d’homme public. Tout d’un coup que le bonhomme voudrait laisser sa marque comme un passage positif dans l’histoire montréalaise moderne. Tout d’un coup qu’il ne devrait rien à des fournisseurs de fonds. Tout d’un coup que ses gestes positifs seraient appuyés par l’opposition parce que véritablement bénéfiques pour la ville.

Le bonhomme n’est plus dans la guerre souverainiste-fédéraliste et d’ailleurs, la politique municipale n’y a jamais été vraiment reliée. Montréal relève de Québec et avec surprise, j’ai récemment appris que le Coderre en question n’est point personna non gratta dans les méandres de plusieurs ministères de la vieille capitale.

Tout d’un coup ! Je le répète, je n’ai pas voté pour cet homme. Mais savoir dealer avec ses adversaires au Conseil pour faire vraiment avancer Montréal dans la bonne direction, sans comptes à rendre à des financiers occultes, je me permets donc de … rêver à voix haute. Pas un Labeaume flamboyant, full majoritaire et tête enflée ! Non ! Un rassembleur avec des idées honnêtes qui pige aussi dans le sac des bonnes idées de l’opposition et qui les embarque dans le navire pour forcer les fonctionnaires décideurs vivant dans le gros Village à cesser de placer des bâtons dans nos roues économiques.

Je rêve, me direz-vous. Mais tout d’un coup que le Coderre ‘’municipal” tombait vraiment en amour avec les montréalais et enlevait son costume de politicien redevable à un … parti (qui n’a pas vraiment d’histoire ni d’antécédents) et consacre sa fin de vie publique à faire le bien autour de lui, de concert avec ses adversaires municipaux.

Mais je ne serai pas long à ruer dans les brancards …

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore