Histoires, racontards, rumeurs, placotages, turluttes, alouette! Y paraîtrait que, sur l’Avenue du Mont-Royal, certains personnages en ont des pas pires à souffler dans vos oreilles chastes et pures jusqu’à la veille de la Noël. C’est du moins l’angle retenu par les Porteurs de Tradition pour la cuvée 2004.

J’ai rencontré les quatre ancêtres pendant leurs préparatifs pour aller divertir et amuser les promeneurs de l’Avenue du Mont-Royal qui couraillent leurs derniers milles pour compléter les emplettes des Fêtes.

Question de vous mettre au parfum de leurs élucubrations, j’ai tenté de leur tirer quelques anecdotes parmi celles qu’ils et elles vous livreront au hasard de vos ballades sur l’Avenue, entre les rues Saint-Hubert et deLorimier.

La turluteuse est incarnée par Kim Perreault qui va vous en pousser quelques unes, question de vous faire taper du pied. Son palmarès comprend entre autres Colin-a-t-une-poule et la spectaculaire Dondaine la Ridaine. Bien ouverte à vos commentaires et turlutes, Kim vous invite également à venir lui pousser la vieille toune que votre oncle Alphonse beuglait dans le temps du Jour de l’An. Kim m’a également parlé d’un bas de Noël qui contenait un … morceau de charbon ! Allez y comprendre quelque chose.

À titre de commis du magasin général, celui qui savait tout, Yves Robitaille vous branchera directement sur le passé. Son commerce a traversé les années folles, la grande crise, la guerre, le boom et j’en passe. Demandez-lui de vous glisser quelques mots sur cette cliente ratoureuse, sur l’allumeur de réverbères, sur les listes noires ou sur cette étrange procession des pierres qui ont servi à ériger l’Église du très Saint-Sacrement. Ya aussi un écureuil vlimeux, mais je n’ai pas bien entendu . . .

Lauréat du Grand Prix 2003 de la science fiction et du fantastique québécois, Éric Gauthier possède amplement de matières pour personnifier le Quêteux.

Vagabondant de villages en villages, ce personnage se voyait offrir gîte et couvert en échange de ses histoires et des nouvelles des autres cantons. Il faut bien dire que le « métier » est devenu plus difficile de nos jours, les gens se méfiant des étrangers. Notre quêteux de l’avenue est issu d’une lignée de conteux dont le vieux Barnabé n’était pas le moindre. Prenez quelques instants pour l’écouter et le remercier au prix d’autrefois, avec quelques sous noirs . . .

Alice Duffaud n’a point le nez croche et les dents pourries, même si elle est sorcière de son métier. Une sorcière devenue herboriste au fil du temps et peut-être, en quelque sorte, une ancêtre du pharmacien d’aujourd’hui, celui dont on ne voit que le haut du corps derrière le comptoir où il concocte mystérieusement potions et petites pilules. La sorcière de l’Avenue du Mont-Royal n’effraiera pas les enfants, mais ses histoires vous trotteront dans les méninges jusqu’au lendemain.

Ça se termine le 24 décembre, quelques heures avant l’arrivée du petit Jésus…

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore