Jeudi dernier, j’arpentais l’Avenue du Mont-Royal dans le Plateau. En fait, j’y ai rencontré six commerçants qui ont pour point commun de diriger un commerce qui fait dans la vente de musique « usagée ». On s’entend pour dire que c’est plutôt le support qui est usagé = le CD ou le disque vinyle. Un article à écrire sur le pourquoi de la concentration de ce genre de business dans le Plateau.

Bon. Dans mon va-et-vient, mon regard est attiré par l’espèce de marquise au-dessus de la vitrine d’un magasin de variétés, le Mini-Maxi. Qu’est-ce que cette excroissance qui avance au-dessus du trottoir ? Comme un portail pour l’annonce d’une pièce de théâtre ou un film …

Bang ! Ça me revient ! C’est l’ancienne adresse du Cinéma Montréal, ce qui explique la marquise. Et ce qui me rappelle aussi cette anecdote aussi vraie que … je me prénomme Michel. Mettons !

Je dirais approximativement en 1985 (plus ou moins une année). Je suis … séparé … mais je vois trrrèèès régulièrement mes enfants JF (8 ans) et ma fille Claude (5 ans).

On est en hiver, fin d’aprem et j’irai chercher mes flôs vers 18 heures pour les amener au Cinéma … Montréal voir le film Blanche-Neige et les Sept Nains. Et après, on va aller se coucher chez papa.

Une heure avant d’aller chez maman Denise chercher les chérubins, je fais un court arrêt à la brasserie du coin. Une bière ou deux … Et je raconte fièrement que la soirée sera belle avec Claude et JF au Cinéma Montréal pour visionner le film Blanche-Neige et les Sept Nains …

Un chum (me rappelle plus lequel) m’interrompt et me dit :

– T’es malade bonhomme ?

– Comment ça ? que je lui demande.

Et le chum en question de m’expliquer que le cinéma en question est dédié à la pornographie et que le film en question, c’est un film de cul super populaire.

Je suis bouche bée …

Mon chum en rajoute :

« Je l’ai pas vu le film, mais, tsé veut dire, les nains y sont greyés entre les deux jambes pas à peu près. Tsé le Nain qui se nomme Grognon, c’est parce qu’elle est trop grosse et que les femmes le refusent …»

Je n’ose croire cette énormité. Mon pote insiste et devant mon incrédulité me dit simplement que je vais me faire virer de bord au cinéma, les enfants n’étant évidemment pas … acceptés.

J’ai tenté d’appeler au Cinéma Montréal. En vain. Pas de réponse. Qu’est-ce que je fais ? Nouvel interrogatoire … rien à faire, mon informateur tient son boutt …

Je suis allé chercher mes enfants et sur le chemin vers le Cinéma Montréal (Villeray-Plateau = mettons 15 minutes), j’avais la tête ailleurs quand mes flôs me parlaient.

Stationner. OK ! Marcher vers le cinéma, les mains dans les mains. Regarder la kliss de marquise qui n’indique vraiment pas le côté « malsain » du film. Entrer et arriver au comptoir, regarder la caissière derrière la vitre, observer sa réaction face au monsieur et ses enfants …

Fiou ! C’était … une BD pour enfants, genre monsieur Disney.

Et, je vous le jure, je me suis forcé pour ne rien exagérer de mes sentiments dans cette anecdote. Ce qui m’étonne, c’est de ne pas me souvenir du salopard qui m’avait embarqué dans cette galère …

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore