Du moins le réseau des Sports prétend-il qu’ils sont des grands connaisseurs. Je parle ici de Bertrand Houle et du célèbre Christian Tortora qui nous décrivent les Grands Prix de formule 1 depuis quelques années.

On l’a vu ce week-end au circuit d’Immola en Italie. Depuis le temps qu’ils attendent une vraie compétition, elle était là hier. Avec Schumacher en tête et Alonso dans les fesses, 25 tours avant la fin de l’épreuve. Une vraie course pour une fois, disaient-ils.

Tout d’abord, nous ont-ils annoncé fièrement, Alonso allait tourner au moins huit tours de plus que l’Allemand avant d’aller faire son dernier plein, s’assurant ainsi de prendre les commandes lors de la sortie de la Ferrari. Premier pied-de-nez = Alonso sort deux tours AVANT Schumi !

Ne perdant pas contenance, nos deux commentateurs se reprennent et y vont d’une nouvelle prédiction « intelligente » : quel bonne idée de Renault de sortir AVANT pour bénéficier davantage du changement de pneus. D’ailleurs, Ferrari devra s’arrêter beaucoup plus longtemps pour son plein.

Dans les faits : le bolide rouge a pris à peine 0,5 secondes de plus que la Renault et est revenu aisément en piste devant cette dernière. Alors là, les boys, on dit quoi? Pas de problème, il lui reste 20 tours pour clancher Schumi.

À 5 tours de la fin, constatant l’inévitable, nos brillants stratèges ont changé encore une fois leur fusil d’épaule en mentionnant que l’Espagnol voulait jouer fessier et conserver ses points au classement. Cheap shot!

Le vrai du vrai, dans toute cette affaire, c’est que l’Espagnol a vainement attendu l’erreur que Shumi n’a pas commise. C’est tout. Rien de plus! Pourquoi élaborer ces théories abracadabrantes qui relèvent de la psychiatrie intersidérale?

Plutôt que d’avouer qu’ils étaient dépassés par les événements, les «connaisseurs» Houle et Tortora ont simplement fermé les livres. Piteux pitous qui écoutent l’hymne national italien en silence (enfin! me suis-je dit), cherchant de nouvelles explications pour leur piètres prédictions.

Pendant ce temps, hier matin, Cristobal Huet dormait les poings bien fermés, fier de sa victoire de la veille sur les Hurricanes de la Caroline et sur les prophètes de malheur.

Plus dans la section

Michel Danis

Related Post
  • 13 November 2015 par › Michel Danis

    Lettre à Denis Coderre

    Monsieur Coderre. J’ai 63 ans et, je vous le dis, je suis souverainiste (ou indépendantiste o...Readmore
  • 11 November 2015 par › Michel Danis

    La caca de Montréal …

    Bon. Monsieur Coderre l’a confirmé. Aujourd’hui, depuis minuit, les eaux usées ”...Readmore
  • 6 November 2015 par › Michel Danis

    Bonne Fête à …

    … à moi simonac ! Je suis arrivé sur terre ya 63 ans. J’pense que Maurice Duplessis était ...Readmore