Accueil Louise Chevrefils - Mon jardin Avez-vous commencé à planifier vos semis?

Avez-vous commencé à planifier vos semis?

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

À force de feuilleter nos catalogues de semences, il faut bien se rendre à l’évidence: on en revient toujours aux mêmes légumes: carottes, petits pois, betteraves, haricots, laitues, radis, tomates, poivrons… mais un phénomène nouveau prend de l’essor depuis 3 ou 4 ans: les anciennes variétés de légumes sont de plus en plus populaires.

C’est ainsi que plusieurs graineteries en offrent dans leurs catalogues; elles sont indiquées sous la mention Pollinisation libre, Variété ancienne ou encore Variété traditionnelle.

Pour les légumes qui poussent vite et que l’on sème directement en place dès le début des beaux jours, il n’y a pas de presse. Radis, betteraves, petits pois, laitues et haricots préfèrent la culture de plein air.

Les choux, choux-fleurs, brocolis et autres représentants de la famille des crucifères demandent une période plus longue depuis la germination jusqu’au stade où ils peuvent être repiqués au potager. C’est pourquoi, il faut les semer tôt dans l’année, habituellement fin-janvier ou début-février, à l’intérieur, dans des conditions de culture protégée.

D’autres, dont les tomates, les aubergines, les piments et poivrons, tirent également avantage d’un départ sous les néons puisqu’ainsi, la production des fruits commencera au milieu de l’été jusqu’au milieu de l’automne. Généralement, selon que les variétés sont hâtives, moyennes ou tardives, on débute les semis vers la fin du mois de mars.

Les oignons et poireaux seront beaucoup plus gros si on les sème en décembre à l’intérieur, sous les néons. Lorsqu’ils mesureront quelques centimètres, on les étêtera afin de faire profiter le bulbe. Transplantés dans une terre bien réchauffée, on les cultivera jusqu’à leur pleine maturité, en octobre.

Non! Je n’oublie pas les concombres, melons, potirons et citrouilles. Tous ces représentants de la famille des cucurbitacées ont des racines fragiles. Il faudra prendre une précaution supplémentaire afin de ne pas déranger les racines au moment de la transplantation, soit les semer dans des godets individuels.

Si vous avez préféré une variété traditionnelle à un hybride, vous pourrez même récolter les semences afin de les ressemer l’année suivante et ainsi de suite, tant et aussi longtemps qu’il vous plaira.

Les semis intérieurs: photographies de différents légumes à l’étape des semis

Calendrier des semis de légumes

Réussir votre potager, trucs et astuces

Onze légumes faciles à cultiver

Un sujet vous intéresse plus particulièrement? N’hésitez pas à m’en faire part. Qui sait! Vos préoccupations seront peut-être le sujet d’une prochaine chronique..

Bonne lecture! Peut-être aimeriez vous lire mes chroniques précédentes? Vous n’avez qu’à cliquer sur le lien « Archives » ci-dessous.

Chronique Mon Jardin de Louise Chevrefils
Chronique Mon Jardin de Louise Chevrefils
http://planete.qc.ca
http://www.ifrance.com/louisequebec

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message