Publié Le 05 Mars 2018

The Shape Of Water Remporte L’Oscar Du Meilleur Film

Le Réalisateur Guillermo Del Toro Livre Un Discours Tandis Que Des Membres De L’équipe De Son Film The Shape of Water…

Célèbrent Leur Victoire À La 90e Soirée Des Oscars.  AFP

Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne

The Shape of Water, de Guillermo del Toro, a été couronné à la cérémonie des Oscars, dimanche soir, mais l’Académie n’a pas manqué de saluer plusieurs autres films, dont Three Billboards Outside Ebbing, Missouri et Dunkirk.

Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne

The Shape of Water, de Guillermo del Toro, a été couronné à la cérémonie des Oscars, dimanche soir, mais l’Académie n’a pas manqué de saluer plusieurs autres films, dont Three Billboards Outside Ebbing, Missouri et Dunkirk.

Au terme d’un gala de plusieurs heures, les deux producteurs de The Shape of Water sont allés cueillir le prix du meilleur film des mains de Warren Beatty et Faye Dunaway – les mêmes qui avaient fait une erreur en annonçant le nom du meilleur film l’an dernier.

Guillermo del Toro est allé chercher le prix avec le Canadien J. Miles Dale.

Le réalisateur d’origine mexicaine, qui a été couvert de trophées en cette saison des galas, a également reçu l’Oscar de la meilleure réalisation.

Les Canadiens Paul Austerberry, Jeffrey A. Melvin et Shane Vieau ont quant à eux gagné le prix de la meilleure direction artistique pour le même film, et en ont profité pour remercier la ville de Toronto pendant leurs discours.

La trame sonore du compositeur français Alexandre Desplat a aussi été saluée par l’Académie.

Sans surprise, c’est Frances McDormand qui a été sacrée meilleure actrice pour son rôle de Mildred Hayes dans Three Billboards Outside Ebbing, Missouri.

Il s’agit de son deuxième Oscar; elle avait été récompensée en 1997 pour Fargo.

Plus tôt dans la soirée, Sam Rockwell était allé cueillir l’Oscar du meilleur acteur de soutien, lui qui avait reçu le même prix au gala des Golden Globes et à celui de l’Académie britannique des arts du cinéma et de la télévision

Le film de guerre de Christopher Nolan Dunkirk s’est, lui, démarqué dans les prix techniques. Il s’est vu attribuer trois trophées; celui du meilleur montage, du meilleur montage sonore et du meilleur mixage sonore.

Blade Runner 2049, réalisé par le Québécois Denis Villeneuve, a aussi été récompensé deux fois, pour la direction photo et les effets visuels, qui avaient été conçus par un studio montréalais, Framestore.

Les artistes, qui avaient recréé la ville de Las Vegas dans le film de science-fiction, ont remercié Denis Villeneuve et l’un d’entre eux, Richard Hoover, a même dit «merci beaucoup» à Montréal, en français.

Roger Deakins a remporté l’Oscar de la meilleure direction de la photographie pour son travail sur Blade Runner 2049.

Reuters

Darkest Hour a aussi été reconnu pendant la soirée. L’acteur Gary Oldman, qui a incarné l’ancien premier ministre Winston Churchill, a remporté le prix du meilleur acteur dans un premier rôle.

Les maquilleurs et les coiffeurs qui avaient véritablement transformé l’apparence de l’acteur dans le film ont aussi été salués.

Call Me by Your Name et Get Out ont par ailleurs été reconnus pour le scénario adapté et le scénario original, respectivement.

Jordan Peele, l’auteur de Get Out, est devenu le premier Afro-Américain à recevoir cette récompense.

L’actrice Allison Janney a par ailleurs ajouté un Oscar à sa faste récolte de prix pour son rôle marquant de la mère de Tonya Harding, dans le film biographique I, Tonya.

Le film Lady Bird, qui a été encensé par la critique, sera finalement reparti bredouille. The Post, de Steven Spielberg, a aussi été boudé par l’académie.

MeToo Au Centre Des Discussions

 
Le mouvement #MeToo contre les agressions et le harcèlement sexuels a été au centre de plusieurs discours pendant la soirée, tout comme l’égalité entre les hommes et les femmes dans le milieu du cinéma.

C’était inévitable: il s’agissait de la première cérémonie à laquelle n’assistait pas l’ex-producteur Harvey Weinstein, un habitué du gala qui a été exclu de l’Académie en raison des allégations d’inconduite sexuelle dont il fait l’objet.

L’animateur Jimmy Kimmel a ouvert la 90e cérémonie des Oscars en abordant ce sujet.

Alors que le célèbre animateur avait passé son temps à rire du président Donald Trump l’an dernier, son monologue d’ouverture a porté en majeure partie sur le mouvement #Metoo…

Lancé dans la foulée des allégations qui se sont répandues comme une traînée de poudre à Hollywood et partout dans le monde.

Greta Gerwig

Reuters

Il a aussi abordé la question de l’égalité des hommes et des femmes dans le domaine cinématographique, félicitant Greta Gerwig, la réalisatrice de Lady Bird, qui est seulement la cinquième femme à être nommée dans la catégorie du meilleur réalisateur.

Rachel Morrison, quant à elle, est la toute première femme à apparaître dans la catégorie de la meilleure direction photo, pour Mudbound.

Certains internautes ont toutefois remis en question la sincérité du message des Oscars plus tard, alors que l’ancien joueur-vedette des Lakers de Los Angeles Kobe Bryant s’est vu récompensé pour son court métrage d’animation, Dear Basketball.

Bryant a été accusé d’agression sexuelle en 2003. Les accusations criminelles avaient alors été abandonnées, mais l’ex-athlète avait réglé à l’amiable une poursuite civile.

Par ailleurs, pendant son allocution, Jimmy Kimmel n’a pas manqué de se payer la tête du président et de son vice-président, Mike Pence, un fervent opposant aux droits des homosexuels.

«Nous ne faisons pas de films comme Call Me by Your Name  pour l’argent. Nous le faisons pour déranger Mike Pence», a-t-il lancé.

Le drame romantique de Luca Guadagnino raconte une histoire d’amour entre deux hommes.

D’autres Canadiens En Lice

Plusieurs Canadiens apparaissaient aussi dans les nominations du prestigieux gala.

Le vétéran Christopher Plummer, qui a remplacé Kevin Spacey à la dernière minute dans All the Money in the World de Ridley Scott, s’est vu ravir le prix dans la catégorie du meilleur acteur de soutien.

The Breadwinner (Parvana: une enfance en Afghanistan), inspiré du roman de l’écrivaine canadienne Deborah Ellis, était aussi nommé dans la catégorie du meilleur film d’animation.

Cette coproduction canadienne compte Angelina Jolie parmi ses producteurs exécutifs…

Et met en vedette l’actrice torontoise Sara Chaudry, qui prête sa voix au personnage principal.

Amicalement De Louise

88888

Plus dans la section

Louise Bourgoin

Related Post