L’Indonésie Est Une République Démocratique Dont La Capitale est Jakarta.

Balade Amusante En Indonésie…

Avec, comptabilisées à ce jour, 17 508 îles, il s’agit du plus grand archipel au monde. Avec une population estimée à 250 millions de personnes, il s’agit du 4e pays le plus peuplé du monde, du 1er pays à majorité musulmane pour le nombre de croyants et de la 3e démocratie en nombre d’habitants1. L’Indonésie est une république démocratique dont la capitale est Jakarta.

Dans les premiers siècles av. J.-C., l’archipel indonésien est une importante région d’échanges avec l’Inde et la Chine centrée sur le Fou-nan. Les chefs de ces cités portuaires indonésiennes adoptent des modèles culturels, religieux et politiques indiens.

À partir du VIIe siècle, le centre des échanges se déplace vers le royaume de Sriwijaya dans le sud de Sumatra. Le VIIIe siècle voit se développer dans le centre de Java une riziculture prospère qui permet à différents royaumes de bâtir de grands monuments religieux. C’est le début de la période classique indonésienne.

Le détroit de Malacca devient un carrefour maritime majeur avec le déclin de la route de la soie pour le commerce entre l’Indonésie et la Chine d’une part et l’Inde et le Moyen-Orient d’autre part.

L’archipel indonésien est intégré à un réseau commercial international bientôt dominé par des marchands musulmans. Les princes des ports se convertissent progressivement à l’islam.

Au XVIe siècle, l’âge des Grandes découvertes, les puissances européennes cherchent à accéder directement aux Moluques, région productrice d’épices. En 1511, les Portugais de Goa conquièrent Malacca et s’y établissent.

Les Néerlandais les chassent en 1605. Au XVIIe siècle, ils éliminent leur rival dans l’est de l’archipel, le royaume de Gowa, et s’établissent à Java. L’île est minée par les guerres de succession du royaume de Mataram, qui cède peu à peu une partie de ses territoires aux Néerlandais.

Au XIXe siècle, les colonisateurs peuvent commencer l’exploitation économique de l’île et imposer leur loi au reste de l’archipel. Un mouvement national naît au début du XXe siècle. En 1945, Soekarno et Mohammad Hatta proclament l’indépendance de l’Indonésie.

Les années 1950 sont marquées par de nombreux mouvements séparatistes. À la suite des événements de 1965-66, le général Soeharto prend le pouvoir.

Son régime autoritaire est marqué par un remarquable développement économique mais sa démission en 1998 permet le début d’un processus de démocratisation.

À travers ses nombreuses îles, l’Indonésie comprend de nombreux groupes distincts culturellement, linguistiquement et religieusement.

Les Javanais forment la population la plus représentée sur le plan du nombre et de l’influence politique.

En tant qu’État unitaire et que nation, l’Indonésie a développé une identité commune en définissant une langue nationale appelée indonésien (qui est une variante du malais), et en respectant la diversité, le pluralisme religieux au sein d’une majorité musulmane.


Malgré sa forte population et ses régions densément peuplées, l’Indonésie comporte de vastes zones sauvages ce qui donne au pays une grande biodiversité même si ce patrimoine régresse à cause d’activités humaines en forte augmentation.

Faune, flore & environnement


L’orang-outan de Sumatra est une
espèce menacée endémique en Indonésie

La taille de l’Indonésie, son climat tropical, et le fait que ce soit un archipel, donnent au pays le statut de seconde zone de biodiversité du monde (après le Brésil)17. Sa faune et sa flore mêlent espèces asiatiques et australasiatiques18.

Anciennement reliées à l’Asie, les îles de plaque continentale de Sunda (Sumatra, Java, Bornéo et Bali) possèdent une riche faune asiatique.

De grandes espèces comme les tigres, les rhinocéros, les orangs-outans, les éléphants ou les léopards étaient abondantes jusqu’à Bali à l’est du pays, mais le nombre et la répartition de ces espèces se sont fortement réduits. Les forêts couvrent environ 60 % du pays19.

À Sumatra et Kalimantan, les espèces prédominantes y sont asiatiques. Néanmoins, les forêts des plus petites îles ou de celles plus densément peuplées comme Java, ont été largement remplacées par des zones d’habitation et d’agriculture.

Sulawesi, Nusa Tenggara et les Moluques, ayant été séparées depuis plus longtemps des continents, ont développé une faune et une flore uniques20,21.

La Papouasie, ancienne partie de l’Australie, est lieu d’une faune et d’une flore uniques proches de celles de l’Australie, incluant par exemple plus de 600 espèces d’oiseaux22.


Source :  Le macbrain lori, oiseau que l’on retrouve en Indonésie

L’Indonésie est seconde après l’Australie en termes de degré d’endémisme, avec par exemple 26 % des 1 531 espèces d’oiseaux ou 39 % des 515 espèces de mammifères étant endémiques23.

Les 50 000 kilomètres de côtes de mers tropicales de l’Indonésie contribuent également au haut niveau de biodiversité du pays.

L’Indonésie abrite 47 grands écosystèmes naturels distincts où sont répertoriées environ 17 % des espèces de la planète ; probablement 11 % des plantes à fleurs, 12 % des mammifères et 37 % des poissons24.

Parmi ces écosystèmes, figure une grande variété d’écosystèmes maritimes et côtiers comme des plages, des dunes, des estuaires, des mangroves, des récifs coralliens ou des vasières25.

Le naturaliste anglais Alfred Wallace, décrivit une ligne de division entre la distribution des espèces asiatiques et australasiennes26. À l’ouest de cette ligne, connue sous le nom de ligne Wallace, les espèces sont asiatiques, et à l’est, elles sont de plus en plus australiennes.

Dans son livre de 1869, The Malay Archipelago, Wallace décrit de nombreuses espèces uniques à cette région26. La région des îles se trouvant entre la ligne et la Nouvelle-Guinée est aujourd’hui appelée Wallacea26.

La forte population et l’industrialisation rapide de l’Indonésie créent de nombreux problèmes environnementaux auxquels la priorité n’est pas donnée en raison de l’instabilité politique et du niveau de pauvreté du pays27.

Les problèmes concernent entre autres la déforestation massive (souvent illégale) et les feux de forêt causant l’apparition de brume sèche au-dessus de l’ouest de l’Indonésie, de la Malaisie et de Singapour.


Ils concernent également la surexploitation des ressources marines et les problèmes ayant trait à l’urbanisation et le développement économique rapides causant des problèmes de pollution de l’air, d’embouteillages, de gestion des déchets et de retraitement des eaux usées.


La perturbation écologique menace de nombreuses espèces indigènes dont 140 espèces de mammifères répertoriées par l’UICN parmi lesquelles 15 sont en danger critique28. L’Indonésie compte aujourd’hui 51 parcs nationaux29.

Langues

Langues en Indonésie

La langue officielle de l’Indonésie est l’indonésien, enseignée dans les écoles et parlée par presque tous les Indonésiens. C’est la langue utilisée dans le commerce, la politique, les médias nationaux, l’école et les universités.

C’est une forme du malais, un groupe de langues très proches les unes des autres au point de permettre une certaine intercompréhension.

La norme officielle pour l’indonésien est le malais de Riau. En réalité, l’indonésien a adopté de nombreux mots de différentes langues régionales, notamment du javanais mais aussi du sundanais.

Arts & culture

Lost in Indonesia from nhi dang on Vimeo.

Article détaillé : Culture indonésienne

Les différents groupes ethniques d’Indonésie possèdent chacun une riche tradition. Le régime de Soeharto s’est efforcé de construire des « cultures régionales » (kebudayaan daerah) sur la base des provinces113.

Cette action créait des artifices comme la « culture du Java oriental », la « culture du Kalimantan oriental » ou la « culture du Sulawesi du Nord », sans tenir compte d’une réalité culturelle plus complexe.

En effet, une même province peut abriter différentes cultures traditionnelles, comme au Java oriental, où on peut au moins distinguer, si l’on se limite au critère linguistique, une culture de Banten, une culture betawi (Jakartanais « autochtones »), une culture sundanaise et une culture de Cirebon.

People of Java | Indonesia from Serge Maheu on Vimeo.

Through Indonesia from Martin Friedrich on Vimeo.

Trip to Indonesia: Kalimantan (Borneo), Java, Bali & Gili @imatheu from Ivan Matheu on Vimeo.

Road Trip: Across Java Island (Teaser) from Ponti Ramanta on Vimeo.

Indonesia in my mind from Gilles Havet on Vimeo.

Postcard From Karimun Java, Indonesia from Ponti Ramanta on Vimeo.

Bawean Island (Indonesia) from MulticopterAddict on Vimeo.

GoPro Indonesia Adventure HD from blackz_11 on Vimeo.

DISCOVER INDONESIA from LUCA MIRANDA on Vimeo.

 

Inversement, une même culture peut couvrir plus d’une province, comme la culture malaise, qu’on trouve dans les provinces de Sumatra du Nord, Riau et Jambi à Sumatra ainsi qu’à Kalimantan occidental et du Sud à Bornéo.

Depuis la démission de Soeharto en 1998, diverses régions d’Indonésie essaient de promouvoir leur culture traditionnelle, en ne prenant plus comme référence le cadre administratif mais tout simplement le nom de la suku (« ethnie »).

INDONESIA: Backpacking Maluku Islands from Charlie Bailón on Vimeo.

Il existe ainsi maintenant des organisations comme l’Institut de la culture minahasa, nom dans lequel se reconnaît un groupe de populations de la province de Sulawesi du Nord.

L’Indonésie, sur Wikimedia Commons

Indonésie, sur le Wiktionnaire

Bali from the air in 4K from Aerial Entertainment Studios on Vimeo.

Indonésie, sur Wikidata

Portail de l’Indonésie

Best of Bali from Fabrice Florin on Vimeo.

Amicalement De Louise

 

88888

Plus dans la section

Louise Bourgoin

Related Post