Les Sports De La Fin De Semaine Par Louise…

Publié le 01 avril 2017

Claude Raymond croit «au miracle» du retour des Expos…

Claude Raymond et Russell Martin.

Photo Bernard Brault, La Presse

Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

S’il voulait réchauffer l’atmosphère, Claude Raymond n’aurait pas pu trouver mieux.

Alors qu’il était honoré avant la deuxième rencontre préparatoire entre les Blue Jays de Toronto et les Pirates de Pittsburgh, en compagnie de huit autres Québécois ayant évolué dans le Baseball majeur, Raymond a rappelé avec émotion qu’il avait été le dernier à s’adresser à la foule le soir du 29 septembre 2004, date du dernier match local des Expos de Montréal.

«La dernière chose que je vous ai dite en 2004, c’était que c’était triste que notre équipe quitte pour Washington et que peut-être, si un miracle survenait un jour, nous pourrions retrouver le Baseball majeur. Ce miracle, je le vois en vous. Ça s’en vient. Play Ball !»

Appelé à expliquer ce qui lui faisait croire que ce «miracle» approchait, Raymond a raconté ce qu’il avait vécu lors du gala-bénéfice au profit de Baseball Québec, jeudi.

«Les gens qui étaient là, ce sont des gens qui ont les moyens de s’investir dans un club de baseball. Les discours qu’ils ont dits, je pense que c’est très, très près.

Je pense que ça prendrait un club qui déménagerait. Présentement, l’équipe la plus près de démanger, ce sont les Rays de Tampa Bay. Si la ville (de Tampa) ne leur construit pas un stade, je pense que ça ne prendra pas de temps.»

En plus de Raymond, Ray Daviault (Mets, 1962), Éric Cyr (Padres, 2002), Steve Green (Angels, 2001), Phillippe Aumont (Phillies, 2012 à 2015), Derek Aucoin (Expos, 1996), Denis Boucher (Jays, Indians et Expos, 1991 à 1994), ainsi qu’Éric Gagné (Dodgers, Rangers, Red Sox et Brewers, 1999 à 2008) ont été honorés.

«Ça m’a donné des frissons de marcher sur le terrain avec un stade plein. C’est un bel honneur, a indiqué Boucher. Ça m’a rappelé quand je lançais ici.»

On a aussi rendu hommage au regretté Ron Piché, qui a lancé pour trois équipes de 1960 à 1966, en plus de faire partie de l’organisation des Expos de 1970 à 2004. Il est décédé en 2011.

«Ça me fait un petit peu de peine que Ron ne soit pas avec nous, a dit Raymond. Mais c’est le destin.»

——————————————————

Publié Le 01 Avril 2017

 Le Canadien Prive Le Lightning De La Victoire

Alexander Radulov tente un tir face au gardien du Lightning Andrei Vasilevskiy, pendant la première période.

Photo Kim Klement, USA Today Sports

La Presse Canadienne
Tampa

Alexander Radulov a joué les héros dès la première minute de la période de prolongation et le Canadien de Montréal a vaincu le Lightning de Tampa Bay 2-1, samedi soir, pour signer une quatrième victoire de suite.

>>> Le sommaire du match

Radulov a bénéficié d’une belle passe de son capitaine Max Pacioretty, qui s’est emparé de la rondelle après avoir vu son lancer être bloqué, et il a trompé la vigilance d’Andrei Vasilevskiy grâce à un bon tir sur réception.

«Radulov est passionné par son métier et il aime jouer au hockey et il adore venir à la patinoire, a souligné l’entraîneur-chef Claude Julien. C’est un bon gars d’équipe et tout ce qu’il veut faire c’est gagner. Il veut faire partie de la solution et c’est ce que j’aime de son attitude.»

Phillip Danault a marqué l’autre but du Tricolore et il a ajouté une aide à sa fiche. Pacioretty a pour sa part complété le match avec deux mentions d’assistance, lui qui a obtenu au moins un point dans un quatrième match consécutif.

Radulov poursuit sa séquence

Après avoir vécu un passage à vide, Radulov a amassé un point dans un troisième match de suite et il a surtout permis au Canadien de se distancer des Sénateurs d’Ottawa au sommet de la section Atlantique.

Pacioretty a décoché un tir des poignets qui a été bloqué par Vasilevskiy. La rondelle est allée dans le coin de la patinoire et le capitaine du Tricolore l’a reprise et il est revenu dans le cercle de mise en jeu avant de la passer à Radulov, qui a touché la cible grâce à un lancer flottant.

———————————————————

Gala Sports-Québec…

Un cinquième Maurice pour Kingsbury ?

Mikaël Kingsbury a terminé premier au classement de la Coupe du monde des bosses pour une cinquième année consécutive en 2016.

Photo Bernard Brault, La Presse

Simon Drouin
La Presse

Le skieur Mikaël Kingsbury est finaliste pour le titre d’athlète masculin international de l’année 2016 qui sera décerné au 44e gala Sports Québec, le 19 avril, à Laval.

Le bosseur de Deux-Montagnes a remporté le trophée Maurice lors des quatre dernières présentations du gala, un record. Premier au classement de la Coupe du monde pour une cinquième année consécutive en 2016, Kingsbury a aussi fait passer le record du nombre de victoires à 34. L’athlète de 24 ans en a ajouté huit cet hiver.

Le patineur de vitesse courte piste Charles Hamelin, vice-champion mondial en 2016, et le cavalier Éric Lamaze, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Rio, sont les deux autres finalistes.

La plongeuse Meaghan Benfeito, double médaillée de bronze aux JO de Rio, la nageuse Aurélie Rivard, triple médaillée d’or et médaillée d’argent aux Jeux paralympiques de Rio, et la patineuse Marianne St-Gelais, vice-championne mondiale, sont les finalistes dans la catégorie athlète féminine niveau international.

En sports collectifs, Josée Bélanger, médaillée de bronze en soccer à Rio, le défenseur Thomas Chabot, joueur par excellence du Mondial junior de hockey de 2016, et Nicholas Hoag, plus jeune membre de l’équipe canadienne de volleyball cinquième à Rio, ont été retenus.

Publié Le 31 Mars 2017

 Benfeito et McKay obtiennent leur première médaille ensemble

Meaghan Benfeito... (Photo Martin Bureau, archives AFP)

Meaghan Benfeito

Photo Martin Bureau, archives AFP

La Presse Canadienne
Kazan, Russie

Meaghan Benfeito et sa nouvelle coéquipière Caeli McKay ont obtenu leur première médaille ensemble dans le cadre des Séries mondiales de plongeon, vendredi, lorsqu’elles ont pris la deuxième place de l’épreuve synchronisée à la tour.

Les Canadiennes ont amassé 291,06 points, et elles ont terminé loin derrière les éventuelles gagnantes, les Chinoises Qian Ren et Yajie Si, qui ont signé un score de 328,20. Les Russes Iuliia Timoshinina et Valeriia Belova ont complété le podium avec 284,76 points.

Benfeito, qui est âgée de 28 ans, et McKay, qui n’a que 17 ans, avaient réussi leur meilleur score de la saison (313,98) dans une épreuve des Séries mondiales plus tôt ce mois-ci à Guangzhou, en Chine.

«C’était une journée bizarre, parce que notre score était très mauvais – en fait, c’était notre pire de la saison», a commenté Benfeito, de Montréal.

Elles ont entamé leur partenariat cette saison, à la suite de l’annonce de la retraite sportive de Roseline Filion après les Jeux olympiques de Rio de Janeiro l’été dernier.

Par ailleurs, Jennifer Abel et Mélissa Citrini-Beaulieu ont pris le sixième rang de l’épreuve synchro au tremplin de 3 m en vertu d’une récolte de 275,46 points. Sans surprise, les Chinoises Tingmao Shi et Yani Chang l’ont emporté avec 321,90 points.

«Ce n’était de toute évidence pas notre meilleure performance, a reconnu Abel, de Laval. Mais nous avons réalisé deux bons plongeons, donc nous sommes très satisfaites de cela, bien que malheureusement la qualitié de nos plongeons, d’un point de vue individuel, n’était pas au rendez-vous.»

Du côté des hommes, les Olympiens québécois Philippe Gagné et François Imbeau-Dulac ont également terminé sixièmes de l’épreuve synchro au tremplin de 3 m avec 314,91 points.

La troisième escale des Séries mondiales de plongeon se poursuivra samedi avec Celina Toth et Benfeito à la tour individuelle, ainsi que Imbeau-Dulac et Gagné au tremplin de 3 m individuel.

———————————————————

Publié Le 31 Mars 2017

Kaetlyn Osmond et Gabrielle Daleman sur le podium aux Mondiaux…

Les Canadiennes Kaetlyn Osmond (à gauche), médaillée d’argent, et Gabrielle Daleman (à droite), médaillée de bronze, entourent la Russe Evgenia Medvedeva (au centre), médaillée d’or.

Photo Grigory Dukor, Reuter

La Presse Canadienne
Helsinki

Le Canada a remporté deux médailles dans l’épreuve individuelle chez les dames aux championnats du monde de patinage artistique à Helsinki.

La Terre-neuvienne Kaetlyn Osmond a mérité la médaille d’argent avec un total de 218,13 points et l’Ontarienne Gabrielle Daleman a obtenu la médaille de bronze avec 213,52 points.

C’est la première fois que le Canada mérite deux médailles dans cette épreuve aux Mondiaux.

La Russe Evgenia Medvedeva a triomphé avec 233,41 points.

——————————————–

Performance record de Virtue et Moir aux Mondiaux

Tessa Virtue et Scott Moir... (Photo AFP)

Tessa Virtue et Scott Moir

Photo AF

Lori Ewing

La Presse Canadienne
Helsinki
 
Les chouchous du patinage artistique canadien Tessa Virtue et Scott Moir sont en bonne voie de s’assurer leur troisième titre en danse sur glace aux championnats du monde.

S’exécutant sur un pot-pourri de Prince, les médaillés olympiques d’or et d’argent ont récolté 82,43 points, améliorant leur propre record du monde de la danse libre à Helsinki.

Les Ontariens Virtue et Moir ont dominé la saison après avoir fait une pause de deux ans.

«Nous sommes très chanceux. C’était une excellente performance, a déclaré Moir. Nous avons travaillé dur, nous étions préparés, mais nous avons ressenti la pression aujourd’hui.

Je pense qu’être de retour aux mondiaux après autant de temps, sachant que le niveau est très relevé, voyant chaque jour à l’entraînement Gabby (Papadakis) et Guillaume (Cizeron) et ce qu’ils sont capables, nous savions que nous devions être à notre mieux.»

Les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, doubles champions en titre qui s’entraînent avec la même équipe d’entraîneurs que Virtue et Moir à Montréal, suivent au deuxième rang tandis que les Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue sont troisièmes.

 ———————————–

Les Ontariens Kaitlyn Weaver et Andrew Poje occupent le sixième rang (74,84) et les Torontois Piper Gilles et Paul Poirier viennent en neuvième position (72,83).

La danse libre figure au programme samedi.

Le titre semble désormais promis à Virtue et Moir. Le duo, médaillé d’or aux Jeux de Vancouver en 2010 et médaillé d’argent quatre ans plus tard, est invaincu depuis son retour à la compétition, améliorant au fil de la saison les records du monde du programme court et du total de points.

Plus tard vendredi, les Canadiennes Kaetlyn Osmond et Gabrielle Daleman, respectivement deuxième et troisième au classement, exécuteront leur programme long.

—————————————————————-

Publié Le 01 Avril 2017

Championnat Du Monde…Les Canadiens Tessa Virtue & Scott Moir Champions

Tessa Virtue et Scott Moir.

Photo Grigory Dukor, REUTERS

Agence France-Presse
Helsinki

Les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir ont remporté l’or pour une troisième fois en danse aux Championnats mondiaux de patinage artistique.

Médaillés d’or aux Jeux olympiques de Vancouver, en 2010, et d’argent aux Jeux de Sotchi, en 2014, Virtue et Moir détenaient une avance de 5,5 points avant la présentation des programmes libres, samedi.

Malgré une perte d’équilibre de Moir à la sortie d’une pirouette, ils ont obtenu un score de 116,19 pour leur performance sur les pièces «Pilgrims on a Long Journey», de Coeur de pirate, et «Latch», de Sam Smith.

Ils ont terminé la compétition avec 198,62 points.

Les Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, qui s’entraînent à Montréal avec Virtue et Moir, ont obtenu 119,15 points lors du programme libre pour terminer la compétition avec un score de 196,04.

Les Américains Maia et Alex Shibutani ont complété le podium avec un pointage total de 185,18.

—————————————

 Publié Le 01 Avril 2017

Johanna Konta Remporte L’Omnium De Miami

Âgée de 25 ans, Johanna Konta a reçu une bourse de 1,18 million $ US pour sa victoire.

Photo Geoff Burke, USA TODAY Sports
 
Agence France-Presse
KEY BISCAYNE, Floride

Inspirée par son compatriote Andy Murray, la Britannique Johanna Konta a signé à 25 ans le succès le plus important de sa carrière en remportant le tournoi de Miami samedi et elle ne compte pas s’arrêter là.

Pour sa deuxième participation au tournoi floridien, Konta est repartie avec le gros lot après sa victoire en deux manches (6-4, 6-3) contre la Danoise Caroline Wozniacki.

Elle s’est offerte le troisième titre de sa carrière, le deuxième de l’année après Sydney en janvier, de loin le plus retentissant.

Konta, d’origine hongroise et australienne de naissance, a en effet comblé un grand vide dans l’histoire du tennis féminin britannique: il faut remonter à 1977 et le sacre de Virginia Wade à Wimbledon pour trouver un succès plus important d’une joueuse britannique.

Mieux encore, elle va passer lundi de la 11e à la 7e place mondiale, son meilleur classement WTA.

 

Et à l’entendre, ce n’est peut-être que le début: «J’ai toujours cru que je pouvais remporter un titre du Grand Chelem et être la meilleure du monde. Sans ça, je ne pense pas que les victoires soient aussi belles, et les défaites aussi motivantes», a-t-elle insisté.

«Mon parcours a été différent des autres. Pour moi, cela a pris du temps, de la patience et de la détermination.

J’avais besoin de passer par certaines expériences de vie pour devenir la compétitrice que je suis, mais aussi la personne que je suis en dehors du court», a souligné Konta qui s’est installée en Grande-Bretagne avec sa famille en 2005.

3e finale perdue pour Wozniacki…

À la manière dont elle a étouffé Wozniacki, après avoir battu la Roumaine Simona Halep en quarts de finale (3-6, 7-6 (9/7), 6-2)et l’Américaine Venus Williams en demi-finales (6-4, 7-5), tous les espoirs lui sont permis.

Face à l’ancienne N.1 mondiale qui perdu sa troisième finale de l’année, après Dubaï et Doha, Konta a toujours fait la course en tête.

La Danoise, 14e au classement WTA, a perdu sa mise en jeu d’entrée, mais a réussi à revenir sur Konta à 2-2, avant d’être breaké une nouvelle fois dans le neuvième jeu avec deux double-fautes.

Le second set s’est déroulé selon un scénario quasi similaire et Konta a fait le break dans le septième jeu pour mener 4-3, puis une seconde fois pour le gain du match avec un lob gagnant.

Konta peut remercier un certain Andy Murray, le N.1 mondial forfait à Miami sur blessure à un coude, qui lui a montré le chemin.

«Je suis dans une position confortable grâce à lui. C’est lui qui a porté et qui porte encore sur ses épaules le poids des attentes pour tout le tennis britannique», avait-elle reconnu après sa victoire en demi-finales face à Williams.

Publié le 31 mars 2017 à 14h56 | Mis à jour le 31 mars 2017 à 23h21

 —————————————-

Nadal & Federer Disputeront La Finale De L’Omnium De Miami…

Rafael Nadal

Photo Lynne Sladky, AP

Associated Press
KEY BISCAYNE, Fla.

Rafael Nadal avait tellement hâte de se qualifier pour la finale de l’Omnium de tennis de Miami qu’il est sorti de ses souliers!

Alors qu’il pourchassait une balle lors d’un jeu de la deuxième manche de la demi-finale, vendredi, l’Espagnol a perdu son espadrille droite – et le point. Mais il est rapidement retombé sur ses pieds et il a vaincu l’Italien Fabio Fognini 6-1, 7-5.

Son adversaire dimanche sera le Suisse Roger Federer, qui a dû négocier trois bris d’égalité pour vaincre l’Australien Nick Kyrgios 7-6 (9), 6-7 (9), 7-6 (5), dans un passionnant duel long de 3 h 10, en soirée.

Kyrgios s’était pourtant emparé d’une avance de 5-4 lors du troisième bris, et possédait deux services pour clore le match à son avantage.

Il a toutefois perdu les deux points à son service, dont le deuxième à la suite d’une double faute, avant de voir Federer profiter de sa balle de match pour confirmer sa victoire.

Alors qu’il se dirigeait vers le filet pour serrer la main du Suisse, le controversé jeune australien a projeté violemment sa raquette sur le sol en signe de dépit.

Ce sera le 37e duel dans l’historique rivalité qui oppose Federer et Nadal. L’Espagnol domine 23-13, mais Federer a gagné les trois derniers rendez-vous, dont deux cette année.

Le Suisse a vaincu Nadal en cinq manches en finale des Internationaux d’Australie, puis en huitième de finale du Masters 1000 d’Indian Wells, 6-2, 6-3 en 68 minutes il y a environ deux semaines.

Début Léthargique

Classé cinquième, Nadal a éliminé Fognini sans être confronté à la moindre balle de bris, et il n’a perdu que neuf des 46 points au service.

Premier joueur non classé parmi les têtes de série à atteindre les demi-finales à Key Biscayne depuis 2007, Fognini a paru apathique au début de l’affrontement, disputé sous un soleil de plomb et par une température de 30 degrés Celsius.

«Je manquais beaucoup de coups. Je lui ai fait un cadeau au la première manche. Je jouais vraiment mal», a analysé Fognini.

«Fabio est un joueur capable de combiner de superbes points avec des erreurs, a noté l’Espagnol. Le match est devenu étrange, et sans beaucoup de rythme. La deuxième manche a été difficile.»

Les spectateurs ont scandé le prénom de Fognini dans l’espoir de motiver l’Italien, et l’espadrille volante a accompli le boulot.

Un amorti de Fognini a mené au problème de soulier de Nadal, l’Italien n’a pu s’empêcher de rire pendant que Nadal laçait son soulier et a mieux joué à partir de ce moment.

Nadal a par ailleurs confié qu’il avait perdu une espadrille récemment, lors d’une séance d’entraînement. Il ne se souvient pas qu’un tel incident soit arrivé une autre fois.

«Bizarre. Peut-être dois-je lacer mes souliers de façon plus serrée.»

La deuxième manche aurait pu aller d’un côté comme de l’autre jusqu’à ce que Fognini ne commette une double faute qui a permis à Nadal de prendre les devants 6-5. Nadal a ensuite gagné son service sans concéder un seul point pour confirmer sa place en finale.

Nadal a amélioré sa fiche en 2017 à 19-4 et il domine le circuit de l’ATP pour le plus grand nombre de matchs gagnés depuis le début de l’année.

Nadal en est à sa 13e présence à Key Biscayne, mais il a subi la défaite lors des quatre finales auxquelles il a pris part, en 2005, en 2008, en 2011 et en 2014. Il s’agit de sa plus longue séquence sans titre à un tournoi professionnel.

«Un triomphe ici serait quelque chose de merveilleux, et ce serait un important titre que je n’ai jamais gagné», a-t-il lancé.

Par ailleurs, une joueuse sera sacrée championne du tournoi de Key Biscayne pour la première fois de sa carrière samedi, puisque la Danoise Caroline Wozniacki sera confrontée à la Britannique Johanna Konta en finale.

À Suivre…

Amicalement De Louise

 

88888

Plus dans la section

Louise Bourgoin

Related Post