Source : Brunch du samedi matin ou du dimanche matin…

Avis aux amateurs de brunchs gargantuesques: on est ici dans le rapport qualité-prix, et non quantité-prix.

Photo Robert Skinner, La Presse

Ariane Krol
La Presse

Une table réputée pour sa carte du soir qui accorde le même soin à son brunch? C’est la recette idéale pour démarrer le samedi ou le dimanche en beauté.

Le mot «brunch», né de la fusion des mots anglais «breakfast» et «lunch», a longtemps servi à désigner un repas assez traditionnel, plus élaboré et plus copieux que celui d’un matin de semaine mais assez proche du petit déjeuner. Le concept, toutefois, s’est beaucoup enrichi ces dernières années, pour notre plus grand bonheur. Beaucoup de menus proposent désormais des assiettes ressemblant davantage à un repas du midi, d’où les oeufs sont parfois même absents.

Ce renouveau doit beaucoup aux restos connus pour leur prestation du soir, qui ont des ingrédients intéressants sous la main et le talent pour les mettre en valeur. On pense à des endroits comme Maison Publique, Salmigondis ou Le Comptoir, dont on vous a déjà vanté les brunchs dans ces pages – et ce ne sont que quelques exemples. Le H4C est une autre adresse qui gagne à être découverte dans la lumière du week-end.

S’il ne viendrait pas à l’idée de commencer un souper au resto par le dessert, le brunch ne s’embarrasse pas de ces convenances. Vous pouvez aussi bien débuter que finir avec du sucré. Ou en faire votre plat principal si ça vous chante. L’assiette de beignes et brioche proposée ici est une agréable façon de patienter.

Le beigne fourré à la confiture est depuis longtemps revenu à la mode chez les anglos. H4C renouvelle l’expérience en servant les garnitures à part. Confitures de petits fruits, compote de pêche, purée d’orange ou tartinade au chocolat? On goûte à tout et on recommence, car la pâte chaude et moelleuse du beignet et des trous de beigne maison est irrésistible. La brioche nous a toutefois déçue. Sa croûte dorée était bien jolie, mais la mie manquait de densité.

Nos plats principaux, par contre, étaient tous dignes de mention.

Les oeufs bénédictine à la pintade confite étaient tout simplement impeccables. Des oeufs pochés bien égouttés, qui ne prennent pas le muffin anglais pour du papier absorbant. Une touche de sauce hollandaise pas trop lourde, avec un bel équilibre entre le gras et l’acidulé. Des cuissons parfaites, tant pour la chair de la pintade, pas du tout sèche, que pour les haricots verts al dente.

Du foie gras sur du pain doré? La proposition, étonnante au petit déjeuner, s’impose toutefois comme une évidence dès la première bouchée. Au diable les contrastes: ce beau morceau de foie gras fondant posé sur une épaisse tranche de «brioche perdue» repousse les limites du moelleux, créant une intense sensation de plénitude.

Les gnudi de ricotta, aussi appelés raviolis nus, ressemblent à de petits nuages coussinés sur lesquels on rebondit de bouchée en bouchée. Lors de notre visite, ils étaient servis avec des segments d’artichaut frais, des girolles poêlées et un oeuf miroir. Le genre d’assiette qui, se plaît-on à imaginer, vous attendrait au retour d’une balade dans la campagne italienne. Magique.

Avis aux amateurs de brunchs gargantuesques: on est ici dans le rapport qualité-prix, et non quantité-prix. Les portions sont tout à fait correctes, mais la cuisine se distingue davantage par la qualité des produits et de l’exécution que par l’obsession de recouvrir chaque centimètre carré de l’assiette. Et c’est très bien ainsi.

On y retourne ? Pour se gâter.

Amicalement De Louise XXX à +

Le Brunch Du Mois: H4C, Matin Chic Dans Saint-Henri

88888

Plus dans la section

Louise Bourgoin

Related Post