Santiago de León de Caracas, traditionnellement connue sous le nom de Caracas, est la capitale et la plus grande ville du Venezuela. Elle est située au nord du Venezuela, à proximité de la mer des Caraïbes dans une vallée entourée de montagnes de près de 2 130 m, entre 760 et 910 mau-dessus du niveau de la mer (cette montagne s’appelle l’Avila).

Couvrant 433 km², la ville fait partie du district capitale de Caracas dans la municipalité de Libertador (dont elle est le chef-lieu). Caracas compte trois millions d’habitants.

Son aire métropolitaine, Grand Caracas, est à cheval sur deux États car, avec les municipalités mitoyennes, la métropole s’étend également sur l’État de Miranda.

Ainsi, l’agglomération comptait 4,850 millions d’habitants au premier janvier 20091. Cette aire métropolitaine est également la plus grande du pays.

La ville est classée 57e à l’indice Global Cities de 20122. Elle est considérée comme une ville globale de type Bêta+ par le GaWC3.

Histoire

Elle est fondée en 1567 sous le nom de Santiago de León de Caracas par l’explorateur espagnol Diego de Losada.

Caracas donna naissance au général Francisco de Miranda (1750) ainsi qu’à Simón Bolívar (1783), révolutionnaire libérateur de l’Amérique du Sud.

Le 26 mars 1812, un tremblement de terre détruit la ville.

Durant la première partie du XXe siècle, le pétrole permet à Caracas de devenir un centre économique des plus importants en Amérique latine, ainsi qu’une plaque tournante entre l’Europe et l’Amérique du Sud. À une certaine époque, le Concorde venait chaque semaine à son aéroport, donnant ainsi une importance géographique et économique à la ville.

Le Caracazo, le 27 février 1989 le peuple se révolte contre l’application des mesures du FMI par Carlos Andrés Pérez. Bilan : près de 3 000 morts en quatre jours.

Le 17 octobre 2004, une des deux tours Parque Central de 56 étages prend feu du 34e au 44e étage.

À partir du 24 octobre 2007, le nom officiel de la capitale devra être suivi de l’expression « berceau de Bolivar et reine du Guaraira Repano »4.

Caracas est l’une des villes les moins sûres d’Amérique latine, avec 105 homicides pour 100 000 habitants en 20065, 140 en 20096. En 2012, elle se positionne à la première place des capitales les plus dangereuses dans le monde, avec 122 homicides pour 100 000 habitants 7.

Climat

Caracas bénéficie d’un climat tropical humide de mousson, quelque peu tempéré par l’altitude. Les précipitations annuelles varient entre 900 mmet 1 300 mm dans la ville proprement dite et atteignent 2 000 mm dans les cordillères voisines.

Les températures ne connaissent pour ainsi dire pas de variations saisonnières, le mois le plus froid étant janvier (T moy=20,2 °C) et le plus chaud mai (T moy=23,2 °C). Par contre la saison sèche et la saison des pluies sont bien marquées. La saison des pluies, qui s’étend de mai à octobre, coïncide avec la remontée en latitude de la zone de convergence intertropicale.

Transports

La ville est desservie par le port maritime voisin de La Guaira.

L’aéroport international Maiquetía ~ Simón Bolívar est son plus grand aéroport commercial, situé à quelques kilomètres de la ville. Cependant, celle-ci possède trois autres petits aéroports regroupés dans l’agglomération.

De nombreuses lignes de bus, partant de différents terminaux permettent de desservir l’ensemble du pays.

De plus, Caracas compte un métro moderne construit en 1983, un télécabine construit en 1955 et rénové en 2000 ainsi qu’un métrocable ouvert en 2009. Une ligne de chemins de fer de banlieue d’une quarantaine de kilomètres est en cours entre Caracas et Cúa par l’IAFE.

https://youtu.be/ddOywdO5JVM

Amicalement De Louise

BALADE DANS CARACAS AU VENEZUELA

88888

Plus dans la section

Louise Bourgoin

Related Post