Dans son rapport annuel, le président du Bureau de l’ombudsman (Protecteur du citoyen), Pierre Choquette, écrit qu’il a reçu «plus d’appels de citoyens faisant part de leurs préoccupations à l’égard des incidences de certaines décisions ou actions de la Ville sur l’environnement. La protection des arbres, la contamination des sols et de l’eau et la gestion des eaux usées furent les sujets abordés.» Il ajoute que le nombre de plaintes portant sur le sujet devrait augmenter au cours des prochaines années. Il y en a eu 13 cette année.

À cet égard, M. Choquette souhaite que l’administration Labeaume soit «ouverte à cette préoccupation et en mesure de répondre aux questionnements et plaintes des citoyens.» Pour cela, la Ville doit identifier clairement les champs de responsabilité de chacun de ses services pour assurer un traitement adéquat des plaintes, indique-t-il.

En 2009, l’équipe de l’ombudsman a traité un total de 178 plaintes en tous genres. C’est une diminution majeure de 108 par rapport à 2008, qui avait enregistré un sommet avec 286 plaintes. La moyenne des quatre dernières années s’élève à 252.

88888

Plus dans la section

L'environnement, ça me concerne

Related Post