Le Québec confirme l’entrée en vigueur, dès le 14 janvier, de son règlement, fortement inspiré de la Californie qui vise à réduire de 25% à 35% des émissions de gaz à effet de serre provenant des voitures et des camions légers, d’ici 2016.
Le Québec deviendra donc la première province canadienne à adopter les mesures considérées de «plus sévères en Amérique du Nord».

En suivant l’exemple de la Californie et de 15 autres États américains, les grands constructeurs automobiles devront, d’ici 2016, trouver une façon de réduire le nombre de grammes de dioxyde de carbone (CO²) émis par kilomètres à 127, pour la moyenne de tous les véhicules vendus. En 2009, ce sont 201 grammes par kilomètres qui ont été rejetés dans l’atmosphère.

Un système de récompenses et de pénalités accompagne aussi ce règlement. Les constructeurs automobiles devront rédiger un rapport annuel faisant état des mesures adoptées pour répondre aux attentes.

Les plus performants recevront des crédits qu’ils pourront transiger avec d’autres constructeurs qui ont de la difficulté à atteindre les cibles.

Pour ceux qui ne se conforment pas, des amendes de 5000$ par véhicule vendu pour l’année en question seront applicables. Ces redevances seront versées au Fonds vert mis sur pied en 2006 par le gouvernement.

Le président de l’Association québécoise de la lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Belisle, présent pour l’annonce, croit que la ministre Beauchamp «mérite des félicitations».

«C’est une des rares ministre de l’Environnement qui fait ce qu’elle dit».

Le secteur des transports est le plus grand émetteur de gaz à effet de serre au Québec avec 40% du total de la province.

88888

Plus dans la section

L'environnement, ça me concerne

Related Post