Plus de la moitié d’un lot d’aliments transformés vendus au Québec et testés pour le compte du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) contenait des organismes génétiquement modifiés (OGM), indique une importante analyse en laboratoire de l’Université Laval dévoilée hier.

Sur cette base, les auteurs du document estiment toutefois à moins d’un dixième le niveau d’aliments entrant dans le panier d’épicerie des Québécois qui contiennent des organismes génétiquement modifiés, bien souvent à l’état de traces. Mais ils reconnaissent en avoir découvert entre 2005 et 2008 dans des produits très populaires auprès des consommateurs, comme le pain blanc, les biscuits, les farines, les saucisses fumées, le maïs en conserve, la nourriture pour bébé en pot et même le lait de soya pourtant certifié biologique, peut-on lire dans le document.

Ce bilan tranche toutefois avec les chiffres avancés depuis des années par les opposants aux OGM qui estiment à 70 % le taux d’aliments vendus au pays touchés par les fruits de la biotechnologie.

«C’est vrai que c’est moins, a reconnu hier Stéphane Groleau, des Amis de la Terre de Québec, mais c’est encore beaucoup pour des produits dont l’innocuité n’a pas été entièrement démontrée.»

88888

Plus dans la section

L'environnement, ça me concerne

Related Post