La tension est vive entre Québec et Ottawa, qui s’accusent mutuellement de ne pas agir convenablement dans le dossier climatique.

En entrevue mardi, la ministre québécoise de l’Environnement, Line Beauchamp, s’est dite «très, très étonnée» par les commentaires de son homologue fédéral, qui a qualifié son règlement sur les autos de «sottise».

Dans un discours prononcé lundi à l’Université de Calgary, le ministre Jim Prentice a soutenu que les normes québécoises d’efficacité énergétique des véhicules, édictées en décembre dernier, constituent «l’un des plus flagrants exemples de la sottise (folly) d’essayer d’agir seul dans une économie intégrée».

Confirmant encore un peu plus la vive tension qui existe entre les deux gouvernements, la ministre Beauchamp a soutenu que les propos formulés déforment carrément la réalité. «Je me surprends de voir M. Prentice appuyer totalement la position des constructeurs automobiles, a-t-elle dit. D’autant plus que dans le passé, chaque fois que nous avons parlé de ce règlement, (le fédéral) a salué l’initiative.»

Elle s’est montrée d’autant plus surprise qu’Ottawa a annoncé dans son propre règlement sur les émissions de gaz à effet de serre des nouveaux véhicules – actuellement à l’étude – qu’il souhaitait se placer «au pair avec les normes nationales des États-Unis et, d’ici 2016, avec celles de la Californie».

Selon Mme Beauchamp, pas moins de 15 États américains, représentant plus de 40 % du marché automobile des États-Unis, ont adopté le règlement californien sur lequel Québec a calqué sa nouvelle norme. Deux autres États étudient la possibilité d’en faire autant.

Selon le nouveau règlement québécois, les autos vendues par les constructeurs doivent, au total, respecter une norme de 187 g de CO2 par kilomètre dès cette année (environ 7,7 L/100 km). Elles ne devront émettre que 127 g en 2016 (environ 5,3 L/100 km).

88888

Plus dans la section

L'environnement, ça me concerne

Related Post