Accueil La santé avant tout! Vous pensiez le miel plus sain que le sucre ? Vous aviez...

Vous pensiez le miel plus sain que le sucre ? Vous aviez tort

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :
Il est communément admis que le miel est meilleur en termes nutritionnels que le sucre.

Il est communément admis que le miel est meilleur en termes nutritionnels que le sucre. Pourquoi le miel bénéficie-t-il d’une image plus positive que le sucre ? Est-ce réellement le cas ?

Béatrice de Reynal : C’est une idée reçue : le miel est 1000 fois meilleur nutritionnellement que le sucre… mais ce n’est pas physiologiquement exact. En effet, le miel est composé d’un mélange des 2 molécules qui composent le saccharose ou sucre de table : le glucose et le fructose. C’est donc un sucre « encore plus rapide » que le sucre de table. 

Quelle différence y a-t-il avec le sucre dans la façon dont notre corps l’assimile, le miel étant à 55% composé de fructose ?

Le miel n’est pas moins bon que le sucre, il n’est pas non plus meilleur. Et l’un comme l’autre ne sont pas mauvais pour la santé.
 
En effet, le glucose est le carburant préféré et indispensable du cerveau et du tissu nerveux. Il est essentiel pour le maintient de la glycémie à son niveau d’équilibre. C’est aussi le carburant préféré de nombre de cellules et de tissus car il est utilisé rapidement, sans effort, et produira de l’énergie, bien sûr, mais aussi, de l’eau et du gaz carbonique qui sera éliminé par les poumons. C’est donc une énergie « propre » qui ne laisse pas de toxine ni déchet dans l’organisme. 
 
Le miel étant une production du jabot de l’abeille, il contient des substances bactériostatiques qui permettent un effet sur la plaque dentaire et sur l’estomac. Il serait donc légèrement moins cariogène que le sucre et relativement plus protecteur contre les aigreurs d’estomac… Sauf que le miel est un produit très acide dont on ne perçoit pas l’acidité à cause de l’effet masquant du sucre. Donc le miel peut aussi induire des aigreurs sur des sujets très sensibles.
 

Notre corps réagit-il de même (…)lire la suite sur Atlantico

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel