Pour avoir fréquenté les bancs de l’école, nous nous souvenons sans doute comment notre attention diminuait et la fatigue mentale s’installait au fur et à mesure de l’avancement de la journée. Nous avons tous également expérimenté les bienfaits rafraîchissants des récrés, qui nous réveillaient et nous remettaient un peu d’aplomb…

Aussi, les résultats d’une nouvelle étude sur l’évolution de la fatigue cognitive (ou intellectuelle ou psychique) des élèves pourrait sembler “enfoncer des portes ouvertes”, n’était le détail de la quantification exacte de ce phénomène : au cours de la journée, par heure de cours passé, les performances d’un élève décroit de 0,9 %. Mais avec 20 à 30 minutes de récré, celles-ci s’améliorent de 1,7 %. Des chiffres inconnus jusqu’ici.

2 034 964 OBSERVATIONS SUR DES ÉLÈVES DE 8 À 15 ANS

En réalité l’étude, publiée dans les Comptes-rendus de l’académie des sciences américaine (PNAS), concerne les élèves de 8 à 15 ans des écoles danoises : 570 376 élèves de 2 105 écoles totalisant 2 034 964 observations (données) recueillies sur les années scolaires 2009/2010 et 2012/2013.

Les auteurs de l’étude, Danois et Anglais, ont profité de l’existence depuis 2010 au Danemark de tests au niveau national se déroulant plusieurs fois par an dans chaque école (lecture, maths, géographie, physique, chimie et biologie) via des ordinateurs reliés à une base de donnée centrale.

PROFITER D’UNE BASE DE DONNÉES CONÇUE DANS UN AUTRE OBJECTIF

Comme l’heure du test dépend, dans chaque établissement, de la disponibilité dans la journée des salles munies d’ordinateurs, et comme les petits danois ont leur récré vers 10h et 12h, qui dure 20 à 30 minutes, les chercheurs ont profité d’un effet non voulu par les instances organisatrices : noter la variabilité des résultats en fonction de l’heure du test (enregistré également dans la base de données) et de l’élève concerné, en se focalisant notamment sur le délai séparant le test de l’heure de la récré.

Un arsenal statistique leur a ainsi permis de quantifier cette emprise de la fatigue cognitive et de l’effet ré-énergisant du “break”, en constatant également que le sexe ou le niveau de revenus des parents avait peu d’influence sur les résultats.

UNE RÉCRÉ APRÈS CHAQUE HEURE DE COURS ?

Ils ont remarqué que les élèves aux résultats les plus bas – les “mauvais élèves” – souffrent le plus de l’effet de fatigue cognitive lié à l’heure (une perte de performances… suite de l’article UNE ÉTUDE MONTRE COMMENT LA FATIGUE COGNITIVE S’EMPARE DES ÉLÈVES

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post