ETUDE – Ce n’est pas parce que l’on ne se souvient pas de ses rêves que l’on n’en fait pas…

Certains disent se souvenir de leurs rêves au réveil et d’autres non. Pourtant, il semblerait bien que tout le monde rêve en dormant, et a priori sans exception. Les personnes affirmant ne jamais se souvenir de leurs rêves, et cela depuis leur enfance, souffriraient simplement d’un problème d’encodage du souvenir, à la sortie du sommeil paradoxal.

Une équipe de chercheurs de l’Inserm s’est penchée sur l’observation de personnes atteintes de la maladie de Parkinson pour en arriver à cette conclusion. « Beaucoup de ces patients ont des problèmes de sommeil, justifie Isabelle Arnulf, responsable de ces travaux. De très rares cas disent ne jamais se souvenir de rêves, même quand ils sont réveillés en pleine nuit. »

La machine à enregistrer les rêves n’est pas pour demain

« Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson vivent souvent leurs rêves, poursuit la scientifique. Le verrou qui bloque les fonctions physiques et sépare les pensées des actes saute, de sorte qu’elles miment des scènes de leurs rêves. Or les patients qui ne se souviennent jamais de leurs rêves ont ce comportement onirique pendant la nuit, indiquant qu’ils sont bien en train de rêver. » Les « non rêveurs » (0,38 % des gens n’auraient, selon eux, jamais rêvé de leur vie) sont donc bien, finalement, des rêveurs comme les autres.

Notre mémoire retient entre trois et cinq rêves par semaine

D’une manière générale, les personnes n’ont pas toutes la même capacité à mémoriser leurs rêves. De précédentes recherches avaient ainsi établi le fait que l’être humain se souvient en moyenne d’un à trois rêves par semaine, que 80 à 90 % des gens sont capables de raconter un rêve en cas de réveil subit au moment du sommeil paradoxal, et que 50 à 75 % en sont toujours capables en cas de réveil à un autre moment de la nuit. 

Retrouvez cet article sur 20minutes.fr

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post