Récemment reconnue devant les tribunaux, la notion de sexe neutre interroge. Tant au niveau de l’individu que de la société, ce “sexe neutre” peut avoir de très lourdes conséquences.

Atlantico : Quelles sont les implications de la reconnaissance du “sexe neutre” sur la construction de la personnalité d’un individu ? 

Michelle Boiron : Il serait intéressant de pouvoir reposer la question à Coluche qui il y a plus de 30 ans à la question « Quel sexe ? » répondait : « ENORME ». Quand on connait les mécanismes du déclenchement du rire dans notre cerveau, on peut comprendre l’hilarité qu’a déclenchée cette réponse!  Les dérives culturelles de la société ne prêtent plus à rire.  Le sujet est de taille. Et la virilité questionnée.

Avant d’aborder la construction de la personnalité, il me parait primordial de penser le sexe dans sa fonctionnalité. Or précisément donner au corps d’un nourrisson la possibilité de devenir un être sexué impose, s’il est né hermaphrodite, de choisir à sa place un sexe féminin ou masculin dans les tous premiers mois de la vie. Rappelons que ce sont des bébés qui n’ont pas d’identité biologique claire et des organes sexuels indéterminés. L’impératif culturel, la société, la médecine se proposaient, jusqu’alors de décider, en place du nourrisson, quelle chirurgie corrective était la mieux adaptée pour rendre cohérent des organes sexuels indéterminés, féminins ou masculins. Le monde technique médical et biologique le permet.

A partir du moment où l’on se pose la question de savoir si un sexe neutre peut bien évoluer sous-entend que la décision d’un sexe neutre a déjà été prise pour lui,  par les parents et la société. Il ne restera donc qu’à expliquer à l’enfant lorsqu’il sera capable de l’entendre qu’en réalité, il n’a rien été décidé pour lui ! Que du (…)lire la suite sur Atlantico

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post