Maladie courante, la migraine est trop souvent négligée, bien souvent parce que les patients négligent de prendre leurs médicaments. Aujourd’hui, on dispose pourtant d’une gamme de traitements efficaces. Zoom sur ces médicaments de la crise.

Dans la migraine, il existe deux types de médicaments. Les premiers sont destinés à soulager immédiatement les maux de tête. Ils doivent, pour être efficaces, être administrés le plus rapidement possible, dès que les signes annonciateurs se manifestent (douleur, modifications visuelles.). Les autres doivent être pris au long cours pour éviter que les crises ne réapparaissent. Nous ne traiterons ici que des premiers.

Des médicaments variés pour soulager la crise

Migraine – Traitements de la crise Devant une crise passagère, lorsque la migraine n’est pas trop intense, le traitement fait en général appel à de l’aspirine ou au paracétamol à la dose de 500 mg à 1 g. Pris suffisamment tôt et associés à des mesures simples, comme le repos à l’abri de la lumière et du bruit, ces traitements peuvent suffire à enrayer la crise, mais ils sont souvent peu actifs dans les migraines plus sévères.

De nombreux migraineux présentent en même temps que le mal de tête des symptômes digestifs, en particulier des nausées. Ceci explique qu’il puisse être utile d’adjoindre à l’aspirine ou au paracétamol des médicaments antinauséeux comme le métoclopramide ou le dompéridone. En pharmacie, on peut d’ailleurs trouver des médicaments combinant aspirine et métoclopramide.

Dans d’autres cas, les malades pourront utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène, le diclofénac ou le naproxène, en général assez efficaces.

Des dérivés de l’ergot de seigle

A côté de ces produits, on trouve des médicaments spécifiques dont l’emploi est réservé au traitement des crises migraineuses.

Les plus anciens sont représentés par les dérivés de l’ergot de seigle, la dihydroergotamine ou DHE, et le tartrate d’ergotamine associé, dans certains médicaments, à de la caféine.

La DHE peut être administrée sous forme orale (gélules, comprimés, gouttes) ou sous forme d’un spray nasal. Le tartrate d’ergotamine est vendu sous forme de comprimés ou de suppositoires.

Ces deux molécules, qui agissent vraisemblablement par le biais d’une modification des catécholamines ou de la sérotonine, possèdent une efficacité indiscutable. Mais ils ont l’inconvénient d’être contre-indiqués chez les personnes présentant des problèmes d’ordre cardiovasculaire et de faire l’objet d’interactions avec certains antibiotiques. En outre, les dérivés de l’ergot de seigle peuvent, de façon paradoxale, induire des maux de tête, lorsqu’ils sont consommés en excès. Un fait qui n’est pas rare, car les migraineux pratiquent beaucoup l’automédication, et pas toujours à bon escient.

Les triptans, 10 ans déjà

A cette gamme déjà assez vaste de traitements s’est ajoutée depuis dix ans la classe des triptans ( sumatriptan, naratriptan, zolmitriptan, eletripan et almotriptan), des médicaments dont l’efficacité sur la migraine est liée à leur capacité d’inhiber les effets de la sérotonine et, peut-être, de s’opposer à la dilatation excessive de certains vaisseaux cérébraux. Ils peuvent être administrés par voix orale, en spray nasal ou encore sous forme injectable. Grâce à eux, un soulagement peut être espéré chez 70 à 80 % des patients en une heure. Autre avantage, les triptans conservent une certaine efficacité lorsque la crise migraineuse réapparaît après quelques heures.

Il faut savoir que les triptans comportent certaines contre-indications et qu’ils ne peuvent être utilisés chez les malades cardiaques. Enfin, comme pour les dérivés de l’ergot de seigle, les… suite de l’article Migraine : les traitements de la crise

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post