Accueil La santé avant tout! Mais pourquoi William déteste les cheveux de Kate ?

Mais pourquoi William déteste les cheveux de Kate ?

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Lors d’une visite officielle en début de semaine à Londres, le duc de Cambridge a déclaré, lors d’une discussion avec une apprentie coiffeuse, que les cheveux de Kate étaient un véritable… cauchemar !  » Vous voulez être coiffeuse ? Je vous suggère de vous occuper des cheveux de Kate, c’est un vrai cauchemar « , a confié le Prince sans aucun filtre. What ? Un cauchemar ? Les cheveux de Kate ? On ne peut pas le croire. Comment peut-on dire cela de la chevelure de la femme la plus jalousée d’Angleterre ? C’est exactement comme si Kanye nous annonçait que les fesses de Kim étaient en mousse. Comme si Eva nous disait que Ryan avait une mauvaise hygiène buccale. C’est violent.

Un mythe qui s’effondre

En tant que femmes, coquettes qui plus est, on prenait un plaisir fou à admirer les boucles soyeuses et les mouvements disciplinés de la chevelure de Kate. Pris dans les tourbillons venteux des sorties officielles, les cheveux de la Duchesse ne l’ont jamais trahie. Alors nous, tout naturellement, on s’est dit qu’elle avait hérité d’une exceptionnelle nature capillaire. Les cheveux de Kate, les fesses de Pipa. Deux atouts beauté qui ont animé plus d’une discussion entre filles ces derniers mois. Et puis voilà qu’une simple phrase de William fait retomber la légende comme un soufflé.

La vengeance, un plat qui se mange froid

Bien décidées à ne pas gober les médisances du père de George, on a cherché à comprendre ce qui aurait pu le pousser à lancer une telle bombe. Et puis, un souvenir pas si lointain nous est revenu. Au mois d’avril dernier, lors d’un voyage en Australie, la belle (et visiblement assez drôle) Kate s’était montrée quelque peu taquine envers son époux. Très intéressé par l’alpaga (laine marron), le Prince s’était alors entendu dire :  » Tu en as davantage besoin que moi « , une phrase somme toute assez normale si elle n’avait pas été accompagnée d’un doigt pointé vers (…)

Lire la suite sur elle.fr

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel