Accueil La santé avant tout! L’hypertension augmente le risque de maladie d’Alzheimer

L’hypertension augmente le risque de maladie d’Alzheimer

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

L’hypertension est mauvaise pour le cœur, et augmenterait aussi le risque d’être atteint de la maladie d’Alzheimer, selon le Comité Français de lutte contre l’hypertension artérielle (CFLHTA).

A l’occasion de la 18ème journée nationale de lutte contre l’hypertension, le CLHTA rappelle que l’hypertension, le diabète, l’hypercholestérolémie, le surpoids ou encore le tabagisme abîment le cerveau et augmentent le risque de développer la maladie d’Alzheimer de 61%.

Au total, près de la moitié des cas de maladie d’Alzheimer dans le monde (17millions) sont ainsi potentiellement attribuables à des facteurs de risque vasculaire soignables comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’inactivité physique, le surpoids ou le tabagisme.

« L’hypertension artérielle non traitée augmente les risques d’accident vasculaires cérébraux (AVC) et la perte de mémoire(maladie d’Alzheimer)», rappelle dans un communiqué le Docteur Bernard Vaïsse, cardiologue et Président du CFLHTA.

« La prise en charge et le traitement de l’hypertension artérielle peuvent réduire significativement le risque de survenue des troubles de la mémoire et de la maladie d’Alzheimer. De nos jours, soigner son hypertension artérielle représente le premier traitement préventif des troubles de la mémoire et de maladie d’Alzheimer » conclut le Docteur Bernard Vaïsse.

L’hypertension en chiffre

L’hypertension artérielle se définit par une élévation trop importante de la pression sanguine dans les artères qui persiste alors que le sujet est au repos.

Maladie la plus fréquente en France, elle touche près de 12 millions de personnes. Mais, le Comité estime que 3 millions de Français souffrant d’hypertension ne seraient toujours pas diagnostiqués. Pourtant, une fois repérée, la prise en charge de cette maladie chronique peut prévenir des complications plus graves comme les infarctus du myocarde et les accidents vasculaires cérébraux.

Le CFLHTA met à disposition des patients une brochure gratuite le site www.comitehta.org qui explique en détail les types de consultations et la bonne fréquence. Elle délivre aussi les conseils nécessaires pour que la (…) Lire la suite sur Topsanté

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel