Pour les fêtes de fin d’année, le très sérieux British Medical Journal (BMJ) ouvre traditionnellement ses colonnes à des articles facétieux et décalés. Le cru 2015 propose notamment une tentative de réponse à cette grave question : l’effroi fige-t-il le sang dans nos veines ?

La cascade d’évènements qui conduit à la coagulation est très complexe, et met en jeu de nombreux facteurs de coagulation et protéines. Les chercheurs ont recruté vingt-quatre volontaires âgés de moins de 30 ans. Ils ont mesuré les taux sanguin de quelques unes de ces molécules durant la projection d’un documentaire sur le vin et d’un film d’horreur (le film Insidious, sorti sur les écrans en 2010).

Les films ont été vus plus d’une semaine d’intervalle, au même moment de la journée et “dans un environnement confortable”. L’ordre de visionnage a été choisi aléatoirement, dix personnes découvrant d’abord le documentaire, les quatorze autres le film d’horreur.

Aaaaaaaaaah !!!

Quinze minutes avant et après la séance, des échantillons sanguins ont donc été prélevés pour analyse. Les participants ont par ailleurs noté la peur ressentie sur une échelle de 0 à 10. De la demi-douzaine de variables mesurées (sur des dizaines potentiellement impliquées dans la coagulation), seule une semble avoir été influencée par l’effroi : le taux du facteur de coagulation VIII, dont les variations semblent correlées au type de film regardé.

“Les niveaux [de ce facteur de coagulation] ont augmenté dans le sang de douze participants pendant le film d’horreur, contre seulement dans trois pendant le film éducatif”, (…) Lire la suite sur Francetv info

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post