Une jeune pousse de la biotechnologie française a touché le gros lot Outre-Atlantique. Elle se nomme DVB et depuis son introduction à la Bourse de New York, en octobre 2014, elle a annoncé avoir levé 240 millions de dollars auprès d’investisseurs américains, comme le rapporte Le Monde.

La raison de son succès est l’espoir placé dans un petit patch qu’elle élabore, le Viaskin® Peanut. Ce timbre adhésif, aussi petit qu’un patch pour abandonner la cigarette, promet de traiter l’allergie aux cacahuètes. Elle touche 1 à 3% des adultes dans le monde et 4 à 6% des enfants. Or pour le moment, aucun traitement efficace n’a vu le jour pour faciliter la vie de ces millions de personnes contraintes de scruter attentivement les étiquettes des biscuits et autres produits alimentaires à la recherche de traces de cette arachide maudite.

Quelle technologie se cache dans ce patch ?

L’approche proposée par DBV fait partie d’un ensemble de techniques de désensibilisation de l’allergie qui vise à combattre le mal par le mal en exposant la personne allergique à de très faibles doses d’allergènes. L’ennui est qu’il ne faut pas que ces allergènes atteignent la circulation sanguine, car le patient court alors le risque de souffrir d’une réaction généralisée très grave, le choc anaphylactique. En passant ainsi par la peau, les scientifiques de DVB affirment pouvoir éviter ce phénomène.

Concrètement, une petite quantité d’allergènes (de l’ordre de 100 microgrammes) emprisonnés dans le patch se dissout grâce à l’humidité dégagée par la peau. Ils traversent sa barrière supérieure pour se concentrer dans la couche (…) Lire la suite sur Francetv info

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post