Accueil La santé avant tout! Le mécanisme de la maladie de Parkinson enfin élucidé

Le mécanisme de la maladie de Parkinson enfin élucidé

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :
Une équipe franco-belge a découvert comment une protéine perturbe les neurones.
Avez-vous percé le mystère de la maladie de Parkinson? «En partie, certainement», répond sans hésiter le Pr Ronald Melki, directeur de recherche CNRS, qui a publié le 10 juin dans la revue Nature les résultats étonnants de recherches menées par son équipe de l’Institut des neurosciences Paris Saclay avec celle du Pr Veerle Baekelandt à Louvain (Belgique). La maladie touche environ 1 % des plus de 65 ans, soit 100 000 à 150 000 personnes en France et 8000 nouveaux malades chaque année. Un malade sur dix a moins de 50 ans. Voilà déjà une quinzaine d’années que le Dr Maria-Gracia Spillantini, à Cambridge, a découvert le rôle d’une protéine, l’alpha-synucléine, dans plusieurs maladies neurodégénératives. «L’agrégation de l’alpha-synucléine est la signature moléculaire de la maladie de Parkinson, que ce soit la forme sporadique (sans antécédent dans la famille, NDLR) ou les formes familiales de la maladie», explique le Pr Melki.
Mais depuis quinze ans, les chercheurs butent sur une énigme: comment une même protéine en s’agrégeant peut-elle déclencher différentes maladies: Parkinson, démence à corps de Lewy et atrophie multisystématisée. Les Pr Melki, Baekelandt et leurs équipes viennent de trouver la solution. Il y a deux ans déjà, l’équipe de Saclay avait montré comment les protéines dont l’agrégation est associée aux pathologies neurodégénératives se propageaient de cellule en cellule dans le cerveau, contribuant à la dégénérescence de proche en proche des neurones. Cette fois, ils ont réussi à provoquer la maladie chez des rats en utilisant différentes formes d’assemblages de ces protéines.
«Nous avons généré les différentes formes agrégées “souches” de l’alpha-synucléine, nous les avons caractérisées et marquées afin de les suivre chez le rat», détaille Ronald Melki.
Un travail minutieux indispensable pour franchir l’étape expérimentale suivante. Celle qui consistait pour l’équipe belge à injecter les agrégats de Saclay à des rats pour observer si cela pouvait provoquer des lésions similaires à celles de la maladie de Parkinson.

Cliquez pour la suite de l’article

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel