La Fondation a organisé la visite d’un laboratoire de recherche afin de montrer aux donateurs a quoi sert leur argent…

Suivez le guide. Ce jeudi, une quinzaine de donateurs nordistes de la Fondation pour la recherche médicale (FRM) ont été invités à visiter le laboratoire de physiologie cellulaire de l’INSERM, à Villeneuve d’Ascq. Cette escapade scientifique avait pour but de montrer concrètement les travaux de recherche rendus possibles grâce aux dons.

Cancers de la prostate et du pancréas

Rendez-vous était donné devant le bâtiment SN3, sur le campus de l’université de Lille 1, à Villeneuve d’Ascq. L’extérieur ne paye pas de mine, mais c’est pourtant là que se trouve l’unité dirigée par le Professeur Natalia Prevarskaya. Dans ce laboratoire, une trentaine de chercheurs travaillent dans le domaine du cancer, notamment de la prostate et du pancréas.

« Nous voulions présenter aux donateurs les projets financés par la FRM, explique Catherine Richard, présidente du comité régional de la fondation. Ils pourront ainsi mesurer les avancées réalisées grâce à leur générosité ».

Dans la salle où se déroule la présentation, les questions de l’assistance son très pragmatiques. Quelles sont les applications pratiques de la recherche ? Comment travaillez-vous entre laboratoires ? Comment passe-t-on d’une découverte à un médicament ? L’intérêt des donateurs ne fait pas de doute, même si les paupières s’alourdissent pendant les démonstrations trop scientifiques.

Dans la moyenne nationale

Dans le Nord-Pas-de-Calais, 11.800 personnes ont donné de l’argent à la FRM en 2014. Si le chiffre n’est pas impressionnant, « il est dans la moyenne française », affirme-t-on à la fondation. Cette opération a aussi pour but de rassurer les donateurs : transparence est le maître mot. « Encore aujourd’hui, le public reste traumatisé par l’affaire de l’ARC », lance un participant qui préfère rester anonyme.

A 39 ans, Sophie est sans doute la plus jeune de l’assistance. « Je donne en moyenne cent euros par an pour la recherche médicale », déclare-t-elle. Si la FRM concède que la plupart des dons sont motivés par le « vécu familial », Sophie, elle, n’est pas dans ce cas : « Je ne suis pas concernée personnellement, c’est l’injustice de la maladie en général qui me motive ». En trois ans, la FRM a versé plus de 1,2 million d’euros à 24 projets de recherche lillois.

La Fondation pour la recherche médicale soigne ses donateurs

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post