Accueil La santé avant tout! Hépatite C : le Sovaldi pris en charge à 100%

Hépatite C : le Sovaldi pris en charge à 100%

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le prix du médicaments Sovaldi, destiné aux patients atteints d’hépatite C, a finalement été revu à la baisse. En outre, la ministre de la Santé a décidé qu’il serait pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Au terme de négociations avec le laboratoire qui le commercialise, le comité économique des produits de santé (CEPS) a enfin fixé le prix du médicament Sovaldi, destiné aux malades atteints d’hépatite C. La boite de 28 comprimés coûtera 13 667 euros hors taxe. « Il s’agit du prix le plus bas d’Europe » souligne le ministère des Affaires sociales et de la Santé dans un communiqué.

La fixation de ce prix met fin à la période d’autorisation temporaire d’utilisation (ATU), qui a permis un accès précoce des malades à ce médicament.

En outre, compte tenu du caractère irremplaçable et particulièrement coûteux de ce traitement, la ministre des Affaires Sociales, de la Santé a décidé de supprimer la participation financière de l’assuré pour ce médicament, qui sera donc pris en charge à 100% par l’assurance maladie.

En septembre dernier, les ministres de la santé européens avaient entamé des négociations avec le fabricant de ce médicament, le laboratoire Gilead, pour tenter d’en négocier le prix. A l’époque, le traitement pour trois mois coûtait 56 000 euros en France, 49 000 euros en Allemagne et 44 000 euros au Royaume-Uni. Un tarif jugé exorbitant par les gouvernements européens.

Douze semaines de traitement suffisent

Le sofosbuvir (Sovaldi) est un antiviral à action directe (AAD) jugé comme révolutionnaire car cette nouvelle classe de médicaments qui marche vite et bien pourrait guérir jusqu’à 90% des hépatites C.

On parle ici d’hépatite C chronique, une infection du foie causée par le virus VHC que le malade n’est pas parvenu à éliminer (70 à 80% des cas). Cette infection virale s’accompagne d’une maladie propre du foie qui explique que, avec le temps et en l’absence de traitement, peuvent survenir des lésions hépatiques graves (fibrose, puis cirrhose, puis cancer).

Avec les nouveaux antiviraux à action directe (outre le Sovaldi, trois autres médicaments ont reçu une Autorisation Temporaire d’Utilisation (…) Lire la suite sur Topsanté

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel