Accueil La santé avant tout! Etre zen, un atout coeur

Etre zen, un atout coeur

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

C’est désormais prouvé: contre les maladies cardiovasculaires dues au stress, la relaxation et les thérapies comportementales sont efficaces.

Près de « 40000 infarctus mortels chaque année »! Tel est, selon Marcel Goldberg, épidémiologiste et professeur de biostatistique, le prix du stress dans notre pays. Loin d’être une vague comptabilisation « au doigt mouillé », ce chiffre provient d’une gigantesque étude, menée dans sept pays et parue en 2012 dans la revue The Lancet. Les chercheurs ont observé durant vingt ans la situation de 200000 Européens et, surtout, l’évolution de leurs conditions de travail.

A lui seul, le stress augmente de 25% le risque relatif de survenue d’un infarctus. Ses effets sur l’organisme sont bien identifiés – tachycardie élevée, vasoconstriction (resserrement des vaisseaux sanguins), « sidération » du myocarde, troubles du rythme ventriculaire, autant de réactions physiologiques délétères pour le coeur, « qui consomme brutalement trop d’oxygène, et dans de mauvaises conditions », explique le Pr Jean-Paul Bounhoure, de l’Académie de médecine. Avec des conséquences parfois quasi immédiates.

Le stress chronique, plus insidieux, fait tout autant de dégâts, notamment chez certaines personnes prédisposées génétiquement. Il modifie le système nerveux parasympathique, favorisant « le mauvais cholestérol, l’obésité, l’artériosclérose et même le dysfonctionnement du rein », détaille le Pr Claire Mounier-Vehier, chef de service de cardiologie au CHU de Lille. Parmi les sujets à risque, on trouve les « râleurs », les introvertis, les obsessionnels, bref, les personnes dites « de type A » ne parvenant pas à exprimer leurs émotions, ajoute-t-elle.

D’où l’intérêt des activités physiques (jogging, natation, vélo) qui vident l’esprit – dès lors qu’elles sont pratiquées de façon intensive -, mais aussi des thérapies de pleine conscience qui activent l’hypothalamus et le tronc cérébral. Quelle que soit la méthode employée (yoga, sophrologie, (…) Lire la suite sur lexpress.fr

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel