Accueil La santé avant tout! Ebola : premiers essais en Afrique de trois traitements

Ebola : premiers essais en Afrique de trois traitements

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :
La campagne va commencer dans des centres de soins enGuinée et éventuellement au Liberia avec l’espoir de résultats disponibles dès février 2015

Les premiers essais de trois traitements cliniques de la fièvre hémorragique Ebola vont commencer dans des centres de soins en Guinée et éventuellement au Liberia avec l’espoir de trouver un traitement pour cette épidémie qui a fait plus de 5 000 morts en Afrique de l’Ouest.

En l’absence de traitement spécifique de cette épidémie, ces essais vont commencer en décembre et leurs résultats pourraient être disponibles dès février 2015, a précisé MSF dans un communiqué. « C’est un partenariat international sans précédent qui représente un espoir pour les malades d’obtenir enfin un vrai traitement d’une maladie qui tue aujourd’hui entre 50 et 80 % de ceux qui sont infectés », a souligné le Dr Annick Antierens, qui coordonne les essais pour MSF.

5 160 décès sur 14 098 cas

Un essai placé sous l’autorité de l’université d’Oxford avec le médicament antiviral brincidofovir dans le centre ELWA 3 de Monrovia, la capitale du Libéria, est prévu mais MSF attend toujours l’accord des autorités locales, a précisé le docteur. Deux autres tests sont prévus en Guinée, l’un sous l’autorité de l’Inserm (l’Institut français pour la santé et la recherche médicale) utilisant le médicament antiviral favipiravir à Guéckédou, et l’autre de l’Institut de médecine tropicale d’Antwerp (IMT) utilisant une thérapie à base de sang et de plasma de convalescents à Conakry, la capitale. L’Organisation mondiale de la santé est associée à ces essais. Son dernier bilan diffusé mercredi fait état de 5 160 décès sur 14 098 cas. « En tant qu’un des principaux opérateurs de soins engagés en Afrique de l’Ouest, MSF participe à ces tests cliniques accélérés pour donner à ceux qui sont contaminés une plus grande chance de survivre », a dit le Dr Antierens.

Les (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel