C’est “la fin d’une discrimination et d’un tabou”. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé, mercredi 4 novembre, lors d’un entretien au journal Le Monde, que les homosexuels pourraient donner leur sang à partir du printemps 2016 sous certaines conditions.

“Dans un premier temps, le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois”, a précisé la ministre de la Santé. Une condition dénoncée par certaines associations comme SOS Homophobie, qui y voient “un maintien des discriminations fondées sur l’orientation sexuelle”.

Pourquoi les homosexuels ne pouvaient-ils pas donner leur sang ?

En France, l’interdiction de donner son sang pour les homosexuels relève de la circulaire du 20 juin 1983, sur la prévention de la transmission du sida lors des transfusions sanguines. “A cette époque, le monde entier découvre le virus du sida, les gouvernements cherchent à s’en protéger au maximum”, explique le professeur Pierre Tiberghien, membre de l’Etablissement français du sang, à francetv info. Cette circulaire met en place plusieurs mesures pour prévenir toute propagation du virus, dont l’interdiction aux hommes homosexuels de donner leur sang.

Les homosexuels masculins sont considérés comme une “population à risque”. Selon les données de l’Institut de veille sanitaire (INVS), en 2010, le risque d’exposition au VIH est 200 fois plus élevé lors d’une relation homosexuelle entre hommes, que lors d’une relation hétérosexuelle.

“Même si toutes les poches de sang sont testées après don, on ne peut pas détecter un sang contaminé depuis moins de douze jours, c’est ce qu’on appelle la fenêtre virologique”, poursuit le professeur. “La priorité, c’est la sécurité du receveur, d’où ce principe de précaution”. Cependant, pour les opposants à cette mesure, cette exclusion n’a (…) Lire la suite sur Francetv info

88888

Plus dans la section

La santé avant tout!

Related Post