Un chercheur de Dieu

Est-ce que toutes les religions se valent et que chacun est libre de croire ce qu’il veut ? Et de plus, est-ce que toutes les religions sont bonnes et bénéfiques pour l’être humain? Que faire de celles qui choquent nos sens des valeurs? Comme les anciennes religions qui prônent le sacrifice humain, le cannibalisme ou le meurtre rituel? Que faire des anciennes mythologies, pleines de superstitions et de croyances erronées. Ces questions ne sont pas simples, surtout dans des sociétés prônant un léger excès de tolérance. Et que faire de la tendance moderne à joindre un groupe religieux dont les croyances sont douteuses parce que l’atmosphère y est agréable; que penser de ceux pour qui un culte est une activité sociale et un loisir? Pour ces gens, un groupe religieux peut devenir un club social, et la recherche de Dieu un loisir et un ‘’hobby’’.

 Un recommençant

 Une religion est bonne dans la mesure où elle aide les personnes qui y adhèrent à poursuivre leur quête de vérité, de liberté, de fraternité. Les religions proposent des chemins différents pour réaliser ces valeurs universelles. Elles véhiculent une conception particulière de Dieu, développent un corps de doctrines original et mettent en œuvre des rites et rituels qui leur sont propres. Ainsi, chacune contribue à sa manière à l’enrichissement de l’humanité. Cependant, comme toutes les autres institutions, les religions sont soumises aux aléas qui marquent l’histoire de la société où elles s’enracinent. Certaines, on le sait, se sont vues ou se voient entraînées dans des dérives qui les éloignent radicalement de leur mission spirituelle. Il faut savoir le reconnaître et se fier à notre conscience pour décider des orientations et des pratiques religieuses qui méritent notre respect. En principe, tout individu peut choisir la religion qui lui convient. J’ai été confronté à une telle décision il y a quelques années. Après m’être éloigné pendant longtemps de la religion reçue de mes parents, j’ai éprouvé le besoin d’approfondir ma démarche spirituelle en me rapprochant d’une tradition religieuse éprouvée. J’ai donc exploré quelques options (protestantisme, bouddhisme) avant de me rendre compte assez rapidement que la religion catholique était celle qui répondait le mieux à mes attentes. En effet, j’en connaissais déjà les rudiments et ses ressources m’étaient facilement accessibles, contrairement aux autres religions considérées. Je me suis alors tourné vers la religion de mon enfance mais en la regardant avec les yeux critiques d’un adulte et le cœur plein de reconnaissance pour les trésors spirituels qu’elle offre.

Plus dans la section

La foi chrétienne partagée

Related Post