Le jeune Roi Arthur, dans une bataille, se fait capturer par le monarque d’un royaume voisin.

– J’aurais pu te tuer, mais comme tu es jeune, je te propose un marché. Je te laisse la vie sauve si tu réussis à trouver la réponse à une question très difficile.

Arthur aurait un an pour trouver la réponse; si au bout d’un an, il revenait avec la réponse, alors il serait libre, sinon, le monarque le tuerait.

La question? Que veulent réellement les femmes?

Une telle question rendrait perplexe n’importe quel homme d’expérience, mais pour le jeune roi, la réponse paraissait impossible à trouver.

Arthur accepte malgré tout la proposition et promet de revenir dans un an avec la réponse à cette difficile question.

Il retourne dans son royaume et interroge tous ses sujets: la princesse, les prostituées, les prêtres, les sages, les courtisans, les soldats. Personne ne peut lui répondre.

On lui conseille de consulter une vieille sorcière qui, seule,
pourrait connaître la réponse, mais le prix est élevé. La sorcière connaît sa valeur et exige beaucoup d’argent.

Le temps passe, Arthur n’a plus le choix et il consulte la sorcière. Elle accepte de répondre à sa question, à la condition qu’il lui accorde d’épouser Gawain, le plus noble des chevaliers de la Table Ronde, et son ami le plus cher.

Arthur est horrifié : la sorcière est bossue et hideuse, elle n’a plus qu’une dent, sent l’eau croupie et émet des bruits obscènes. C’est la créature la plus répugnante qu’il ait jamais rencontrée.

Il refuse d’imposer une telle ignominie à son ami.

Gawain, en apprenant le prix proposé par la sorcière,
affirme à Arthur qu’aucun sacrifice n’est trop grand pour préserver la vie de son roi et l’existence de la Table Ronde.

La sorcière approche de l’oreille d’Arthur…
– Ce qu’une femme veut réellement, c’est de pouvoir être maîtresse de sa destinée.
Tout le monde sut alors que la sorcière venait de
dévoiler une profonde vérité et que la vie d’Arthur
était sauve. Et ainsi en fut-il.

Le monarque voisin épargna la vie d’Arthur et lui redonna sa liberté. Au mariage, Arthur est déchiré entre le soulagement et le désespoir. Autant Gawain est parfait, gentil et courtois, autant la vieille sorcière est dégeulasse.

La nuit de noce approche : Gawain, prêt pour une nuit d’horreur entre dans la chambre. Surprise! Allongée sur le lit, c’est la plus belle femme du monde qui l’attend.

– Qu’est-ce qui se passe? Qui es-tu?
– Comme tu as été gentil et généreux avec moi quand j’étais la vieille sorcière, je serai tantôt répugnante, tantôt créature de rêve. À toi de choisir comment tu me veux le jour et la nuit.

Gawain réfléchit… Durant le jour, une femme ravissante à montrer à ses amis mais la nuit, dans l’intimité de sa maison, l’enfer. Ou bien l’inverse, un monstre le jour et un pétard la nuit.

Quel serait votre choix?

Vous trouverez la réponse de Gawain plus bas, mais ne la
lisez pas avant d’avoir fait votre propre choix.

Le noble Gawain répond qu’il lui laisse le choix. À ces mots, elle lui annonçe qu’elle sera toujours une ravissante jeune femme car il l’avait respectée et laissée prendre
en main son propre destin.

Quelle est la morale de cette histoire?

La morale de cette histoire? PEUT IMPORTE QUE VOTRE FEMME SOIT JOLIE OU LAIDE, À L’INTÉRIEUR, C’EST TOUJOURS UNE
SORCIÈRE!

88888

Plus dans la section

La blague du jour

Related Post
  • 26 February 2021 par › Planète Québec

    Les fous

    Deux fous… – Tiens, la nuit tombe. – Ben bon pour elle Share on FacebookShare on T...Readmore
  • 25 February 2021 par › Planète Québec

    L’école

    – Maman, aujourd’hui j’ai été le seul à répondre à une question du professeur...Readmore
  • 24 February 2021 par › Planète Québec

    Mééééééchantes

    Q :Quelle est la différence entre une copine et une épouse? R :- 45 livres Q: Différence entre un...Readmore