Le secret d’une vie est un livre écris par Jeannine Lafond et publié exclusivement sur Planète Québec une fois par deux jours. Pour voir les premières pages du livre cliquez ici, vous trouverez les premières pages en bas de la liste.

PARTIE 32

— Si parfois vous avez besoin d’aide, lui dit Claudine, cognez au plafond puis on va descendre. Il ne faut surtout pas se gêner,

Et Claudine se lève, donne une dernière accolade, échange un sourire rempli de tendresse et quitte. Elle se sent si légère, elle monte chez elle et se promet de retourner leur rendre visite à l’occasion car ces vieilles gens sont trop souvent oubliées. Le vieux monsieur a l’air si fatigué, c’est inquiétant de les voir seuls dans cette maison, cette vieille ne pourra s’en occuper encore bien longtemps. Comment peut-on ignorer ainsi ses vieux parents?

Souvent la petite Sonia va leur porter un bol de soupe, une portion du repas que maman a préparé ou tout simplement va leur parler et faire pour eux une petite commission. Une de ces journées, elle a aidé la dame à préparer son souper puis à faire un peu de ménage. J’ai trouvé que c’était bien aimable d’agir ainsi. C’est devenu notre façon à nous de leur dire que nous les aimons bien. Une de ces journées, Sonia est allée les visiter et la p’tite vieille a sorti ses albums, elle était bien fière de lui montrer les photos de sa famille. C’était une très belle dame lorsqu’elle s’est mariée il y a plus de cinquante ans. Pauvre femme, elle parle de ses enfants qu’elle ne voit que très rarement et de ses petits-enfants qu’elle n’a pas vu grandir. Ils demeurent un peu loin et ils n’ont pas le temps de venir nous visiter. J’ai aussi des arrière-petits-enfants, ma fille m’a envoyé des photos. Quand on s’ennuie, on regarde cet album pis ça nous rappelle plein de beaux souvenirs. Sonia se montre très intéressée puis elle parle de maman Jeanne, de grand-papa Robert, de ses oncles et tantes qu’elle visite souvent. Sonia doit quitter, elle embrasse la dame et elle voit couler quelques larmes sur sa joue puis elle se rend vers la chaise du pauvre vieux puis l’embrasse tendrement sur la joue. Chaque fois, Sonia est remuée, elle a peine à comprendre que certains enfants ne sentent pas le besoin de visiter leurs vieux parents.

Puis maman Claudine préfère que ces vieilles gens demeurent avec eux le plus longtemps possible, ils sont bien gentils puis tout le temps que nous serons dans la même maison qu’eux, on s’engage à les visiter régulièrement.

Suite dans 2 jours

88888

Plus dans la section

Jeannine Lafond - Le secret d'une vie

Related Post