Le secret d’une vie est un livre écris par Jeannine Lafond et publié exclusivement sur Planète Québec une fois par deux jours. Pour voir les premières pages du livre cliquez ici, vous trouverez les premières pages en bas de la liste.

PARTIE 31

Sur la table, plusieurs biscuits attendent encore. Maman ouvre la porte de l’armoire, elle regarde puis aperçoit sur une des tablettes cette boîte de métal décorée d’un beau paysage. Elle la sort de sa cachette puis prend le temps de bien l’essuyer, elle y dépose l’un à un chacun des plus beaux biscuits pour enfin refermer la boîte avec précaution. Une veste sur les épaules et tenant précieusement la boîte, Claudine descend lentement l’escalier en regardant toujours où elle y met les pieds, elle cogne doucement à la porte. La vieille dame au dos courbé vient lui répondre gentiment, on s’échange un beau sourire puis Claudine lui remet sa boîte de biscuits. Cette chère dame est si contente, elle montre à son vieux qui se berce près de la table puis ouvre la boîte, hume, elle porte un biscuit à sa bouche et en offre un à son mari.

— Ils sont vraiment délicieux, dit-elle.

— J’ai oublié de vous offrir une chaise, ajoute la dame.

Claudine s’assoie, s’informe de leur santé puis elle dit,

— Je souhaitais vous rendre visite mais je craignais déranger.

— Non, ça fait du bien de voir du monde, on est toujours tout seul et les journées sont parfois bien longues, avoue la dame. Difficile de lire ou de regarder la télévision, on a beaucoup de difficultés à entendre puis la vue n’est pas très bonne. Il ne faut tout de même pas se plaindre car à notre âge, c’est normal.

— Si vous voulez ma fille Sonia serait bien contente de venir parfois vous aider.

— Quand ça lui tentera, lui dit la vieille dame, elle peut cogner à la porte. Vous savez, communiquer avec des jeunes ça n’arrive pas souvent, ça serait vraiment plaisant. On a des petits-enfants, des arrière petits-enfants mais on ne les voit jamais, ils sont mariés, ont des enfants puis ils ont tellement à faire que nous autres, ils n’ont pas le temps de nous visiter. Il faut les comprendre, il n’y a pas grand-chose d’intéressant pour eux ici. Le vieux monsieur se berce tristement, il a peine à entendre ce qui a été dit, il regarde cependant la visiteuse avec attention et il sourit.

Suite dans 2 jours

88888

Plus dans la section

Jeannine Lafond - Le secret d'une vie

Related Post