Le secret d’une vie est un livre écris par Jeannine Lafond et publié exclusivement sur Planète Québec une fois par deux jours. Pour voir les premières pages du livre cliquez ici, vous trouverez les premières pages en bas de la liste.

PARTIE 24

– Pour aujourd’hui, c’est assez travaillé, il faut laisser sécher avant de sabler et également prendre du temps pour se reposer ajoute maman Claudine. Demain ce sera le sablage, le ménage puis on commencera la finition.

Et pendant ce temps, Angélique, grande sœur de Claudine est bien gentille de vouloir garder les enfants. Aujourd’hui, jeudi, Henri et Louis sortiront pinceaux et rouleaux pour donner une bonne couche de peinture, une en avant-midi puis une deuxième en après-midi. Les couleurs, pas trop difficiles à choisir, ce sera blanc partout. Blanc immaculé, ce sera plus gênant d’y apposer des saletés. Enfin ça sentira propre dans toute la maison.

Demain, vendredi, il faudra laver armoires, planchers puis les fenêtres pour éclaircir la place car ça doit faire quelques années que ça n’a pas été fait. Il ne faut pas lâcher car on déménage samedi, Claudine lave les vieux rideaux et vieilles toiles du logement qu’elle quitte, elle les suspendra dans chacune des fenêtres de sa nouvelle maison. Il ne faut pas faire la difficile, c’est bien correct comme ça.

— Que voulez-vous? On n’a pas d’argent, on va s’arranger avec ce qu’on a.

— Louis, viens m’aider, j’ai de la difficulté à fixer le store, apporte ta ‘’perceuse” s’il te plaît.

Avant de quitter la maison et une fois la peinture séchée, on arrose partout avec cet aérosol qui tue tout ce qui peut ramper, voler ou marcher puis on ferme la porte à clé afin d’être bien sûr que rien de ce qui bouge ne puisse se sauver.

On est tous au bout du rouleau, c’est maintenant le temps d’aller se reposer. Tôt, samedi matin, on se rend au nouvel appartement, Claudine ouvre les fenêtres pour bien aérer puis passe le balai pour enlever toutes les petites victimes qui recouvrent le plancher.

Samedi après-midi, beau-frère Henri arrive avec son «trailer» attaché derrière sa camionnette. On entasse tout ce que l’on peut dans l’auto puis ensuite les meubles et les boites seront placés dans la remorque. Ce n’est pas trop grave s’il y a quelques égratignures car rien n’est vraiment précieux, nos meubles on les a achetés de seconde main quand on s’est marié il y a une dizaine d’années. Enfin, on recouvre avec soin pour s’assurer de ne rien perdre en cours de route, on fera un deuxième voyage puis s’il le faut, un troisième car on ne déménage pas très loin. On s’entend, personne n’est pressé pour entrer dans cette maison que nous quittons car elle vit ses derniers moments. Il ne faut pas oublier que bientôt, elle passera sous le pic des démolisseurs. Drôle de condamnation après toutes ces années de bons services.

Suite dans 2 jours

88888

Plus dans la section

Jeannine Lafond - Le secret d'une vie

Related Post