Le secret d’une vie est un livre écris par Jeannine Lafond et publié exclusivement sur Planète Québec une fois par deux jours. Pour voir les premières pages du livre cliquez ici, vous trouverez les premières pages en bas de la liste.

PARTIE 115

— Il est tout noir, pourquoi ne pas l’appeler Noiraud, dit François.

— C’est bien décidé, notre petit chien noir tout frisé, on l’appellera Noiraud, ajoute papa Louis.

Un beau matin, on a vu arriver la police en bas, elle a fouillé les lieux. Quand on les a vus, on a dit aux enfants de ne rien dire pour le chien. Comme de raison, ils sont montés pour nous interroger. Il voulait savoir si on avait vu quelque chose de spécial car il recherchait toujours le gars qui habitait en bas. Ils ont même questionné les trois enfants, c’est y pas effrayant, vous ne pensez pas? Qu’est-ce que les enfants ont affaire avec ce monde là?

Pauvre p’tit chien, par chance qu’on était là car ça ferait longtemps qu’il serait mort. Aujourd’hui, il se promène partout dans la maison. Toute la famille l’aime cette petite boule de poil même papa Louis le berce en regardant son hockey

Dernièrement le propriétaire est venu vider la place pis il a mis une carte à louer dans une des fenêtres. Depuis ce temps-là, on n’a pas été dérangé par les gens qui vivent en bas de chez-nous, on a ben assez de tout ce qui se passe en haut pis autour de la maison. Pour nous, c’est bien tant mieux.

C’est la fin d’octobre et le loyer en bas est toujours vide. C’est ben le fun d’être tout seul dans la maison mais en haut ce n’est pas chaud comme de raison.

Louis et Claudine commencent à se poser des questions.

— Le propriétaire doit mettre un peu de chauffage en bas, il n’a pas le choix. L’eau va geler cet hiver pis les tuyaux vont éclater, nous autres en haut on va se lamenter et avec raison.

— Lui, il s’en fiche pas mal, il demeure dans un château. Cette maison-là quand on va partir d’icitte, on va la démolir. Un p’tit coup de masse puis tout va s’effondrer

En attendant, vous ne pensez pas qu’il doit chauffer le logement en bas de chez-nous? Il va falloir qu’il ne l’oublie pas parce que je vais lui rappeler quand il va venir chercher l’argent de son loyer. On a beau s’aimer pis se coller, ce n’est pas assez pour nous réchauffer. Imaginez les gros froids l’hiver prochain.

Suite dans 2 jours

88888

Plus dans la section

Jeannine Lafond - Le secret d'une vie

Related Post