Accueil Jean-Gilles JUTRAS - Les potins de Bouteille La Coupe GÉRARD-DELAGE

La Coupe GÉRARD-DELAGE

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Le vendredi 4 mai, j’ai vécu de très beaux moments qui m’ont remis en mémoire, des souvenirs profondément ancrés en moi. Il s’agissait du couronnement de la onzième édition du concours de la COUPE GÉRARD-DELAGE, qu’avaient organisée des professeurs et des amateurs du bien boire et du bien manger de toute la Province, mais surtout du Centre spécialisé en alimentation et tourisme FIERBOURG de la Commission scolaire des Premières Seigneuries de Québec.

Le concours s’adresse aux élèves des centres de formation professionnelle en service de restauration de même qu’au personnel professionnel de salles à manger. Cette année, seulement des élèves ont concouru, venant de plusieurs centres du Québec.

Plusieurs membres des confréries bachiques de la région de Québec ont voulu montrer leur intérêt, en acceptant l’invitation de M. Stefano DILDA, Consul général de la Confrérie des vignerons de Saint-Vencent (Mâcon) d’assister au cocktail qui clôturait les étapes du concours.

Le concours de la Coupe Gérard-Delage

Les participants au concours devaient se soumettre à de nombreuses épreuves tant théoriques (20%) que pratiques (80%). La partie théorique entendait vérifier les connaissances par rapport aux apéritifs, cocktails, vins et autres alcools, de même que les bases de la cuisine et du service de table. Les épreuves pratiques demandaient plus que des notions, il fallait aussi beaucoup de dextérité : préparation de cocktail, pliage de serviettes, proposition d’alliance mets et vins, passage du vin en carafe, etc. Bien plus, les concurrents devaient découper et servir un poisson, préparer un plat de viande et flamber un dessert.

Sous l’égide de la Fondation Gérard-Delage, le comité organisateur du concours de la Coupe du même nom avait son siège au Centre Fierbourg de Québec (Charlesbourg). M. André Boisvert, directeur adjoint du Centre, était le coordonnateur du déroulement du concours.

Les Candidats 2007

Voici la liste des étudiants qui ont pris part à la compétition du 4 mai dernier. J’y indique l’école qu’ils fréquentent de même que le nom de leur entraîneur. Évidemment, comme dans tous les concours, tous les participants ne peuvent être gagnants; ce qu’il faut cependant souligner, c’est qu’il y a des jeunes qui s’intéressent aux métiers de bouche et qui veulent en faire leur avenir. Tous les concurrents dont les noms suivent méritent notre respect, notre encouragement et nos félicitations.

– ROXANNE LEDUC — CFP RELAIS DE LA LIÈVRE-SEIGNEURIE,
C.S. AU CŒURS-DES VALLÉES
ENTRAÎNEUR : RICHARD TIMBRO

PIERRE-LUC COTÉ CENTRE SPÉCIALISÉ EN ALIMENTATION ET TOURISME FIERBOURG
C.S. DES PREMIÈRES-SEIGNEURIES

LOUIS-MAXIME TREMBLAY
CENTRE SPÉCIALISÉ EN ALIMENTATION ET TOURISME FIERBOURG
C.S. DES PREMIÈRES-SEIGNEURIES
ENTRAÎNEUR : BERNARD ARNAUDEAU

MYLÈNE DEMERS CFP CHANOINE ARMAND-RACICOT,
C.S. DES HAUTES-RIVIÈRES
Ø
NICOLAS BARIL CFP CHANOINE ARMAND-RACICOT,
C.S. DES HAUTES-RIVIÈRES
ENTRAÎNEUR : GAÉTAN GRENIER

MARTINE LADOUCEUR
ÉCOLE HÔTELIÈRE DE LAVAL,
C.S. DE LAVAL
Ø
ANNIE-PIER LÉPINE ÉCOLE HÔTELIÈRE DE LAVAL,
C.S. DE LAVAL
ENTRAÎNEURE : JOSÉE LEMAY

Les LAURÉATS

Trois étudiants ont obtenu les meilleures notations. Deux sont du Centre spécialisé en Alimentation et tourisme FIERBOURG et un troisième de l’École hôtelière de Laval.

Première place : Pierre-Luc CÔTÉ
Seconde place : Louis-Maxime Tremblay
tous deux du Centre Fierbourg de Québec (Charlesbourg)
Troisième : Annie-Pier Lépine de l’École hôtelière de Laval

Tous les participants ont reçu plusieurs prix et de nombreux témoignage.
Le Grand Lauréat est reparti avec la Coupe Gérard-Delage. Enfin, les trois premiers ont eu droit à des bourses offertes par la Fondation Gérard-Delage, respectivement de 1 000$, 750$ et 500$.

Me Gérard Delage

La Fondation et le Concours portent le nom de Gérard DELAGE… On ne sait pas ou on a peut-être oublié qui était Gérard Delage. Pourtant, on ne devrait pas avoir à poser la question… étant donné tout ce qu’il a fait pour mieux faire connaître et apprécier les arts de la table.

Gérard Delage a marqué, en son temps, le monde de l’hôtellerie, de la restauration, de la gastronomie et même de l’œnologie. Son fils Yves, en a fait un trop bref portrait, lors de la clôture du concours, le 4 mai dernier. Quant à moi, j’ai eu le privilège de connaître ce grand monsieur comme président du sélect club gastronomique Prosper Montagné de Montréal.

Gérard Delage, c’était encore plus que cela. Il était avocat de profession, mais surtout, fin gastronome, conférencier recherché, animateur hors pair, comédien, conteur intarissable et spirituel à ses heures, écrivain et quoi encore. On recherchait sa compagnie pour son esprit pétillant et sa verve étincelante. Gérard Delage pouvait vous dire qui était Curnonsky, Dugléré, Béchameil (dont le nom a été déformé en béchamel pour annoncer une sauce blanche qu’il n’aurait pas créée lui-même, tout financier qu’il était); dans le monde du vin, Gérard Delage savait évidemment faire la différence entre un château Talbot, une Romanée-Conti, un château Grillet ou un amarone… il a tenu pendant de nombreuses années, la chronique du vin dans le magazine « En Route » de la compagnie Air Canada.

C’est à lui qu’on doit l’implantation au Québec de plusieurs associations, clubs ou autres confréries gastronomiques et bachiques. Il en a même fondé à la demande de gastronomes ou d’œnophiles de chez nous. Je me rappelle, entre autres, qu’à la demande de Paul Baillargeon, il avait fondé, pour son hôtel, à Québec, le cercle des amis d’Épicure, dont les membres, à l’énoncé de leur nom, répondait la phrase rituelle : « On n’a pas besoin de piqûre pour être disciple d’Épicure. »

Pour en savoir plus, faites comme moi, allez sur GOOGLE et voyez. Pourtant, il me reste à dire qu’en 1973 « à l’occasion d’un grand chapitre de la confrérie de la Chaîne des Rôtisseurs » Me Delage a été désigné « Prince élu des gastronomes ». De très nombreuses personnalités étaient présentes à cette occasion qui s’est terminée par un grand banquet présidé par le Prince lui-même.
Gérard Delage a été le seul au monde, après Curnonsky, a arboré le titre de Prince des gastronomes. Il n’y en aura sans doute jamais plus.

Le Prince s’est éteint calmement, le 25 mai 1991. Je suis absolument persuadé que le Très-Haut lui a réservé une place de choix à sa table, voulant profiter Lui-même des connaissances et des qualités de l’illustre Élu! J’ai aussi la conviction que l’Ami Gérard Delage préparera des places de choix à tous ses disciples, amateurs de bonne chère et de bons vins.

Jean-Gilles Jutras
Ambassadeur du vin au Québec

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message