Accueil Jean-Claude Dupras un politicien qui taxe est un politicien qui se fait battre !

un politicien qui taxe est un politicien qui se fait battre !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Jean Charest, le PM du Québec, a de l’audace. Nonobstant sa position de leader d’un gouvernement minoritaire, il a osé présenter un budget supplémentaire qui comprend les coupures d’impôts promises lors de l’élection générale. Ce sont $700 millions de $ en réductions d’impôts qui s’ajouteront aux 250 millions de $ du budget initial. Çà commence à « minoter ».

Charest savait que le parti de l’opposition officielle à l’Assemblée Nationale québécoise, l’Action Démocratique du Québec (ADQ), s’opposerait à cette proposition, simplement parce que son chef, Mario Dumont, a défini, dès le début de son mandat comme chef de l’opposition, que son rôle était de s’opposer à ce que proposait le gouvernement.

Ayant besoin des votes du Parti Québécois pour l’adoption de son budget, Charest estimait que dans la situation actuelle, ce parti sans chef, désorganisé et démoralisé n’oserait pas s’opposer au budget de crainte du déclenchement d’une nouvelle élection générale pour laquelle le PQ n’a ni l’argent, ni le programme, ni l’enthousiasme nécessaire pour y faire face.

Certes, certains Péquistes rêvent que Pauline Marois, défaite par le chef démissionnaire André Boisclair au congrès de leadership du parti, deviendra le nouveau chef et les dirigera à la victoire, mais ce n’est qu’une conception imaginaire. Malgré le respect que j’ai pour elle et sa carrière politique, il me semble évident qu’elle n’est pas en mesure de redonner vie à son parti. Son temps est révolu et le temps le dira.

Nonobstant leur situation, les députés péquistes ont annoncé qu’ils voteraient contre le budget. Ils jouent gros. Ils ont laissé leurs émotions les trahir. Ils regretteront vite ce geste impulsif car bientôt la réalité leur rappellera qu’ils ne sont qu’à 21% dans les derniers sondages. Le plus bas score de leur histoire. Voilà comment agi un parti sans chef !

Que fera Charest ? Profitera-t-il de la situation unique, qui se présente soudainement pour lui, pour retourner en élection ?

Ma vie politique m’a appris, que ce soit au niveau scolaire, municipal, provincial ou fédéral, qu’un politicien qui taxe est un politicien qui se fait battre. Rien, comme une augmentation de taxe, ne choque plus les électeurs. C’est ridicule, mais c’est comme ça. Et voter contre une diminution de taxe équivaut à voter pour une augmentation de taxe. Voilà la situation dans laquelle se sont placés l’ADQ et le PQ.

Le PM Charest avait raison de proposer une diminution des impôts, durant la dernière élection, même si cela paraissait dans le temps que pur électoralisme. Partout au Canada, ou presque, les impôts baissent. Si on veut demeurer concurrentiel, comment ne pas baisser les nôtres. Tout cet argent qui sera remis aux contribuables, ajouté à celui des baisses d’impôts du dernier budget fédéral, améliorera leur qualité de vie.

Il aidera les personnes seules, les jeunes ménages, la classe moyenne et les retraités « à rencontrer les deux bouts » et se répercutera en un dynamisme nouveau de notre économie. Cette création de richesse aidera tout le monde incluant le gouvernement.

J’aime cette nouvelle tendance des gouvernements au pays de diminuer les impôts. Elle vient enfin contrecarrer l’immobilisme du statu quo défendu par plusieurs dont le Parti Québécois et les syndicats, dans le passé, qui ne veulent que dépenser toujours de plus en plus. La position de Charest est saine et prometteuse.

Je suis surpris de celle de l’ADQ. Dumont comprend mal son rôle. Il ne s’oppose que pour s’opposer. Ce n’est pas positif, ni productif. Il me semble qu’il joue aussi gros. Alors que tout va bien pour lui, les sondages l’indiquent clairement, il vient de donner à Charest un argument puissant pour attirer une grande partie de l’opinion publique à son parti.

De plus, il me semble étrange de voir l’ADQ s’opposer à une baisse d’impôt. Cela ne ressemble pas à ce que propose normalement un parti de droite. On peut douter de sa sincérité sur ce sujet ?

Dumont dit vouloir diminuer la dette et j’en suis, mais il oublie que Jean Charest a créé, pour ce faire, au dernier budget, le « Fonds des générations » et entrevoit y verser durant les 20 prochaines années plus de 40 milliards de $ provenant des revenus supplémentaires de l’Hydro Québec. Déjà cette année, plus de 900 millions seront versés.

Jean Charest avec son budget prend une avance et laisse l’ADQ et le PQ en arrière. En période électorale, il sera celui qui est favorable aux baisses d’impôts. Dumont et le PQ seront ceux qui s’y opposent. Il sera en pôle position. Dumont risque de ne pas devenir PM et le PQ risque de perdre encore d’autres députés. Je ne les comprends pas.

Claude Dupras

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel