Accueil Jean-Claude Dupras Un point de vue différent

Un point de vue différent

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un ami personnel, de longue date, pour qui j’ai beaucoup d’amitié et de respect, particulièrement pour ses opinions politiques qui se sont avérées, plusieurs fois, justes dans le passé, m’écrit pour me faire part de ses observations en rapport avec le nouveau budget de Jean Charest et la situation actuelle à Québec. Il exprime un point de vue diamétralement opposé au mien et j’ai cru que mes lecteurs seraient intéressés à en prendre connaissance :

Mon cher Claude

Charest a commis une (autre) grosse erreur. Il a fait une mauvaise lecture de l’opinion publique en donnant suite à sa promesse (farfelue, vu l’état de nos finances publiques) de baisser les impôts. Et il continue de s’enferrer en refusant de reculer.

Je crois bien que nous sommes partis pour une autre campagne électorale dont Charest, et le parti Libéral, ressortiront les grands perdants. Je leur prédis un score d’environ 10 à 15% chez les francophones. Évidemment, la publication du Rapport Grenier aujourd’hui apportera de l’eau au moulin du PQ, et ils seraient bien bêtes de ne pas en profiter.

Avec Pauline Marois, le PQ a une chance de l’emporter. Mais même si c’était Dumont, le résultat net sera que le soutien au fédéralisme s’affaiblira encore avec la marginalisation du PLQ.

Charest et le PLQ n’ont pas compris, ou fait semblant de ne pas comprendre, le résultat du dernier scrutin. Et même s’il ne sera pas question de référendum pendant la prochaine campagne électorale, jamais les souverainistes auront-ils été plus proches de leur but.

Par ailleurs, le gouvernement Harper accumule les maladresses auprès des francophones, au point que le Bloc reprend une forte avance au Québec, malgré le dérapage de Duceppe dans la course à la direction du PQ.

Le plus ironique dans tout ça, c’est que la partie se joue en douceur. Un bon jour, on se retrouvera devant le fait accompli. Le Québec sera devenu indépendant pendant la nuit. Ceux qui s’étaient donné pour mission de défendre le Canada, complètement discrédités par leurs niaiseries, n’auront rien pu empêcher.

En ce moment, la masse critique des fédéralistes fond à vue d’œil. Les grands perdants sont déjà les anglophones du Québec. Ils n’ont même plus de représentation dans le Gouvernement qu’ils ont fait élire.

Décidément, les Québécois sont bien rusés. Incapables de parvenir à l’indépendance par la voie directe, ils vont y parvenir par la porte d’en arrière.

Salutations amicales.

J’ai été surpris de son analyse, mais qui sait il a peut-être raison. Personnellement, je n’y crois pas un instant. Mais la politique québécoise étant ce qu’elle est, tout peut arriver.

Claude Dupras

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel