Accueil Jean-Claude Dupras Un avenir incertain pour l’Afrique du Nord

Un avenir incertain pour l’Afrique du Nord

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Un ami algérien m’écrit suite aux récents éclatements de bombes à Alger. Il est inquiet pour l’avenir de son coin du monde et m’explique pourquoi. J’ai cru que cela pourrait intéresser mes lecteurs et c’est pourquoi je reproduis ici, aujourd’hui, son texte :

Cher ami,

Depuis son retour au pouvoir, le président Bouteflika n’a pas cessé de mettre en œuvre sa stratégie pour sortir de l’impasse politique dans laquelle l’Algérie s’est retrouvée suite à la victoire écrasante du mouvement islamiste fondamentaliste, le FIS (Front Islamique du Salut), aux élections législatives de 1991.

Tu te souviens, sans doute, que j’ai toujours été contre tout compromis avec ces « fous de dieu » qui n’ont qu’un seul objectif : prendre le pouvoir sans dialogue et surtout sans aucune concession politique de leur part. Après tout, ne parlent-ils pas au nom d’un dieu tout puissant et sans merci vis-à-vis des mécréants d’où qu’ils viennent ? Les bombes à Alger n’en sont-ils pas la démonstration ?

Lorsque le régime du président Chadli fut blâmé pour cette popularité grandissante dont les islamistes jouissaient, j’étais un des rares, même au sein de ma propre famille, à réclamer ouvertement la prise du pouvoir par l’armée algérienne (l’ANP).

Je me rappelle que toi aussi tu n’étais pas en accord avec moi. Il faut dire qu’à cette époque mes meilleurs alliés au sein même de ma famille, étaient en fait les femmes. Elles savaient ce qu’elles auraient à subir sous les islamistes.

L’ANP a finalement obligé Chadli à démissionner plutôt que de laisser faire l’avènement d’un régime FIS qui ouvrait la porte du pouvoir politique aux islamistes algériens. Qu’on le veuille ou non, l’ANP avait tout de même réussi à les mettre au bord de la faillite.

Il a fallu le retour de Bouteflika pour voir, à nouveau, un islamisme virulent ressurgir des cendres du FIS et en fait prendre le pouvoir hypocritement par la personne de l’actuel premier ministre algérien et chef du gouvernement (il était l’ancien porte-parole des islamistes au sein même du FLN durant les années 70-90).

Mais la grande erreur commise par Bouteflika et son premier ministre à été de s’allier sans condition avec Bush et de marier sa politique au Moyen Orient.

Cela a évidemment éliminé toute possibilité d’accord politique entre les islamistes réels, à savoir ceux qui vont à la mosquée tous les jours et contribuent financièrement à tous les mouvements islamistes extrémistes en Algérie, et le régime de Bouteflika qui ne demande rien d’autre que de créer une alliance politique pour transformer l’Algérie en une république saoudienne.

La tragédie des Algériens comme moi, et d’une grande majorité de ma famille et de ma génération, c’est que malgré le fait que nous sommes beaucoup plus proches des positions culturelles du monde occidental en général, nous nous retrouvons en fait vomis par ce même monde culturel occidental.

Par ailleurs, ce qui me semble encore plus tragique, l’histoire non seulement de l’Algérie mais de tout le Mahgreb me rappelle constamment que c’est en fait l’islamisme fondamentaliste qui a toujours déterminé l’avenir de cette région du monde.

Il suffit de relire l’histoire depuis la période des Fatimides (dynastie d’arabes chiites qui établirent leur autorité au Mahgreb) à ce jour pour comprendre que l’avenir de l’Afrique du Nord sera, comme par le passé, déterminée non pas par l’Europe ou le monde occidental mais par les forces culturelles musulmanes très ancrées même au sein des sociétés berbères.

Je ne fais plus partie de cette culture islamique de l’Afrique du Nord, mais je t’assure que je la ressens chaque fois que je retourne en Algérie pour revoir ma famille. Cette culture islamo-arabe-occidentale du Mahgreb est une véritable énigme pour moi. Nous ne sommes ni arabe, ni musulman, ni européen bien entendu. Nous sommes en fait l’amalgame de tout cela.

Je sais que Bush passera dans l’histoire des USA comme le président le plus inepte que ce pays a jamais eu dans le passé. Je ne sais pas si c’est uniquement lui qui a créé ce monstre islamiste à travers tout le monde musulman.

Ce que je sais, par contre, c’est que les événements non seulement en Algérie, mais aussi au Maroc et même en Tunisie, me donnent des frissons au dos car j’ai maintenant la conviction qu’il n’y a rien à faire pour extirper ce cancer islamiste de la région de l’Afrique du Nord.

Pire encore, j’ai l’impression que nous n’avons rien vu. Le fondamentalisme religieux devient une drogue extrêmement dangereuse au Mahgreb. Une fois qu’elle prend pied (comme l’histoire algérienne récente le démontre, encore une fois), elle devient un tsunami et menace maintenant l’avenir de ma région.

À mon avis, la violence que nous avons déjà vu en Irak sera très pâle comparée à celle que nous serons obligés de vivre en Afrique du Nord dans les années à venir.

À bientôt

Ton ami.

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel