Il fut un bon premier ministre du Canada. Particulièrement pour sa province natale, le Québec, à laquelle il est très attaché.

Que ce soit dans les domaines aéronautique, pharmaceutique, industriel et autres, les décisions du Premier ministre Brian Mulroney ont aidé énormément le Québec.

Il a même fait l’effort, que je qualifiais alors de surhumain, de chercher à corriger la bêtise de 1982 de l’ex PM Pierre Elliot Trudeau qui avait procédé à la signature des amendements à la constitution canadienne sans l’aval du Québec qui ne voulait pas signer.

L’accord du Lac Meach, forgé de toutes pièces par Mulroney, apportait une solution pratique aux différents nombreux qui affectaient les Canadiens depuis longtemps.

C’est un PM qui a pris des décisions courageuses comme la création de l’acte sur le libre échange avec les USA qui a tant aidé le Canada depuis, et l’implantation de la TPS, la taxe sur les services, parallèlement à l’abolition de la taxe sur les produits manufacturiers qui nuisait énormément à la compétitivité de nos entreprises sur le plan international.

Le Canada a bien progressé à cause de tout cela et aujourd’hui reçoit des records d’entrées d’argent qui se traduisent par des surplus financiers imposants. C’est le seul pays du G8 dans cette situation. Ainsi, il réduit appréciablement la dette et les impôts des Canadiens. Tout va très bien, Madame la marquise…

Malgré ce bilan si positif, Mulroney a connu la défaveur publique et a démissionné de son poste de PM alors que le parti PCC n’avait que 14% d’appuis dans les sondages.

Plusieurs ont dit qu’il avait pris cette décision à cause de son impopularité, mais ils oublient qu’avant d’accéder au pouvoir, Mulroney avait promis de ne remplir que deux mandats, ce qu’il a fait avec des gouvernements majoritaires élus à cause de sa popularité.

Depuis son départ du pouvoir, l’ex PM Mulroney n’a pas la paix. Alors que les autres PM, que j’ai connus, comme King, Pearson, Diefenbaker, Pearson, Clark, Trudeau, Chrétien et même Martin ont vécu ou vivent leur retraite politique dans le respect et la paix, Mulroney est assailli par des rumeurs, des poursuites, des allégations qui nuisent à sa réputation.

Déjà, le gouvernement canadien à dû lui rembourser tous les frais de sa défense pour contrer des accusations non fondées en rapport avec la vente d’appareils Airbus à la société Air Canada.

La plus récente affaire est celle des 300 000$ qu’un dénommé Schreiber (le même qui était impliqué dans l’affaire des Airbus) lui aurait versés comptant, en petite coupures, par tranches de 100 000$. C’était probablement la seule façon que Schreiber pouvait payer!

Ces argents ont été versés comme « retainer » pour les services d’avocat de Mulroney, mais comme les services n’ont pas été rendus à sa satisfaction, Schreiber en réclame le remboursement.

Il est surprenant qu’un avocat, associé dans un bureau important d’avocats, perçoive des honoraires de cette façon. Mulroney reconnaît avoir reçu l’argent alors qu’il était encore député, après sa démission comme PM, et admet que ce fut une erreur de le percevoir comme il l’a fait. Il affirme avoir payé ses impôts sur ces montants, mais avec un certain retard.

Mulroney plaide son innocence et a réclamé une commission publique à Ottawa pour l’établir. Le PM Harper a décidé de la créer. Cependant, ce dernier a annoncé ne plus vouloir parler à Mulroney jusqu’à ce que son innocence soit établie et a demandé aux ministres de son gouvernement de faire de même.

Ce n’est pas drôle pour Mulroney qui est sûrement profondément blessé de cette situation, même si publiquement il affirme que Harper a raison d’agir ainsi.

Je connais bien Mulroney. J’ai commencé à faire de la politique avec lui avant 1958. Je l’ai vu grandir, mûrir, et j’ai toujours admiré sa façon de faire. C’est un homme honnête.

Il m’a toujours aidé et moi de même. Nous avons eu nos différents, ce qui est normal, mais j’ai toujours gardé pour lui le plus grand des respects.

Dévoué, généreux, il a énormément aidé le parti PCC durant les pires heures. Jamais ai-je pu détecter chez cet individu quelque chose qui pourrait me faire croire aux insinuations de Schreiber. Ce genre d’individu n’est pas Mulroney. Il admet son erreur mais cela ne le condamne pas.

Je crois que l’ex PM Brian Mulroney sortira la tête haute de la commission publique sur cette affaire. J’espère qu’il pourra alors enfin retrouver la paix et le respect dû aux ex premier ministres du Canada.

Claude Dupras

Plus dans la section

Jean-Claude Dupras

Related Post
  • 31 December 2016 par › Jean-Claude Dupras

    À tous mes parents, amis, voisins et lecteurs, je souhaite que 2016 se termine dans la joie et la n...Readmore
  • 12 December 2016 par › Jean-Claude Dupras

    Le Canada mon pays, le Québec ma patrie Dans un article qui vient de paraître, Mathieu Bock-Coté ...Readmore
  • Il y a aura élection présidentielle en France cette année. Un moment important pour les Français...Readmore