Accueil Jean-Claude Dupras C’est le temps pour le PM Harper de corriger sa gaffe !

C’est le temps pour le PM Harper de corriger sa gaffe !

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

C’est en 1979, aux premiers jours de son gouvernement, que l’ex PM Joe Clark annonça sa décision de déménager l’ambassade du Canada en Israël de Tel Aviv à Jérusalem. Ce faisant, il prenait parti pour une des parties et souleva un tollé de protestations dans le monde au point qu’il dût reconsidérer sa décision et l’annuler. On traita le PM de « Joe la gaffe » !

Il y a quelques jours, le gouvernement Harper a refusé de recevoir le ministre de l’information, Moustapha Barghouti, du nouveau gouvernement d’union nationale de la Palestine. Il n’a même pas répondu à ses demandes de rendez-vous sous prétexte, comme a affirmé le ministre canadien des Affaires extérieures Peter MacKay, « que le Canada n’a pas changé sa politique vis-à-vis le gouvernement palestinien ».

C’est le même ministre MacKay qui se pète sans cesse les bretelles en rappelant : « le Canada a été le premier pays, même avant les USA, à suspendre en mars 2006 (après l’élection du Hamas à la tête du gouvernement) son aide financière au peuple palestinien ». Que ce peuple soit dans la misère la plus abjecte n’a pas d’importance !

Pourtant, le nouveau gouvernement d’unité nationale palestinien regroupe les deux partis politiques élus démocratiquement par les Palestiniens, le Fatah et le Hamas. Et cette union a été initiée par le président Mahmoud Abbas de la Palestine, chef du Fatah, qui lui a été reçu et traité avec beaucoup d’égards dans un passé récent par Ottawa, Washington, Paris et Londres.

En continuant à prendre parti dans ce conflit, le Canada se colle toujours aux politiques du président américain Georges W. Bush. Ce faisant, il a ajoute à son erreur particulièrement en ce qui affecte notre crédibilité dans le monde diplomatique. J’ai toujours cru que notre neutralité était essentielle si nous voulons pouvoir peser et aider à la résolution de conflits internationaux.

Hier, les chefs de 21 pays arabes ont terminé leur sommet sur la question palestinienne, à Riyadh en Arabie Saoudite, par une résolution que je qualifierais de surprenante « initiative de paix ». Ils proposent à Israël de se retirer des territoires palestiniens qu’il occupe et de revenir aux frontières d’avant la guerre du Moyen Orient de 1967. En échange, chaque pays arabe accepte d’établir des relations diplomatiques normales avec Israël. En somme, ils lui offrent une paix juste et durable avec la grande nation arabe. C’est un très grand pas !

Le PM Harper devrait saisir immédiatement l’opportunité qui s’offre et appuyer ce geste de paix. Dans un premier temps, il doit lever l’embargo financier contre les Palestiniens et vite aider ce peuple qui souffre. Dans un deuxième temps, il devrait proposer la collaboration du Canada pour la réalisation de cette possible paix au Moyen-Orient. Je ne sais plus si nous avons suffisamment de crédibilité pour agir, étant donné la gaffe initiale de notre PM dans ce conflit, mais je l’espère.

Je sais cependant que les Canadiens pourraient alors marcher à nouveau la tête haute, sachant que leur pays agit humainement et équitablement dans ce conflit entre Israël et la Palestine, conflit qui perdure inutilement et ne cesse de faire tant de victimes des deux côtés.

Claude Dupras

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel