Accueil Jean-Claude Dupras À bas, les armes!

À bas, les armes!

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Dans son bagage d’idées étranges que Stephen Harper a apportées avec lui de son ancien parti de l’ « Alliance Canadienne dîte Reform party » se retrouve celle de l’abolition du Registre canadien des Armes à feu.

Suite au massacre de Virginia Tech, qui nous a tous surpris et bouleverser par son ampleur, les Canadiens vont sûrement se rappeler ce virement inexplicable que veut faire le gouvernement fédéral avec une loi adoptée pour les protéger contre de tels actes.

Ce drame est maintenant inscrit dans nos mémoires à côté des autres dont celui de Polytechnique, de Concordia et du Dawson College. Nous sommes devenus très sensibles au besoin de contrôler les armes à feu dans notre société.

Le Registre des Armes à feu a coûté plus d’un milliard de $ à mettre sur pied durant les années 90. Il oblige tous les Canadiens à enregistrer leurs armes. La punition pour les délinquants est sévère et peut atteindre jusqu’à 5 ans d’emprisonnement pour la possession d’une arme non enregistrée.

Le Registre s’avère très utile. Par exemple, l’Association Canadienne de la Police estime que ses membres le consultent au rythme de 5,000fois par jour pour déterminer s’il y a des armes dans une maison où ils doivent faire une opération policière.

Le Registre des Armes à feu est aussi un bon outil de contrôle des ventes d’armes aux citoyens. Par exemple, au Canada pour obtenir l’arme semi-automatique utilisée par le tueur de Virginia Tech et que celui-ci s’est procurée facilement, sans question, quelques jours avant chez un revendeur d’armes américain, il est exigé de posséder un permis spécial.

Pour ce faire, l’éventuel acheteur doit se soumettre à un questionnaire portant sur sa santé psychologique et ses consommations d’alcool et de drogue. Par la suite, ses antécédents judiciaires sont examinés de près. Et avant qu’il puisse mettre la main sur son permis, il doit suivre deux cours de maniement d’armes d’un organisme certifié par le gouvernement durant lesquels il est jugé.

Le PM Harper et ses députés fédéraux de l’Ouest s’opposent au Registre depuis toujours. Influencés par la National Rifle Association américaine, dont le riche lobby politique combat et empêche la mise sur pied d’un tel registre aux USA, ils se rangent du côté des chasseurs qui prétendent que le Registre les vise et non les criminels.

Ce genre d’argument ridicule émeut le politicien qu’est le PM et, pour gagner des votes, son gouvernement boycotte le bon fonctionnement du registre.

En 2006, dès le début du nouveau pouvoir conservateur, le cabinet a décrété une amnistie des amendes et des punitions pour ceux qui n’enregistrent pas leurs armes. Durant les dernières vacances de Pâques, il a annoncé son intention de prolonger le décret pour une autre année et demande aux Canadiens de donner leurs commentaires sur internet.

Le PM Harper procède ainsi car, minoritaire, il ne peut abroger ou modifier démocratiquement la loi sur le Registre des armes à feu par un vote des députés à la Chambre des Communes à cause des partis de l’opposition qui ne sont pas en accord avec lui sur ce sujet.

En agissant par décrets, le PM cherche à annihiler, à toutes fins pratiques, le Registre. Cette action est dénoncée par les corps policiers qui craignent que cet instrument important pour leur travail devienne de plus en plus désuet.

J’encourage mes lecteurs à se prononcer contre la prolongation du décret de l’amnistie en rapport avec le Registre des Armes à feu du Canada.

Veuillez, svp, écrire à Amnesty-amnistie@cfc-cafc.gc.ca pour vous exprimer. Je me permets de vous suggérer la phrase suivante : « Je m’oppose à la proposition visant la prolongation de la période d’amnistie jusqu’au 16 mai 2008 publiée dans la Gazette du Canada en rapport avec le Registre des Armes à feu du Canada ».

Dîtes-le à vos parents, amis et inscrits de votre carnet d’adresse.

Le gouvernement conservateur n’a accordé que deux semaines aux Canadiens pour s’exprimer sur une question si importante. La date limite pour émettre nos observations est le 21 avril 2007. Il est donc urgent d’écrire immédiatement. Ainsi chacun fera sa part pour aider à contenir ce fléau et protéger nos enfants et nos familles. Merci.

Claude Dupras

Pour vous rendre sur le site du Centre des armes à feu Canada

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel