Accueil Graphologie Philosophie de l’analyse d’une écriture

Philosophie de l’analyse d’une écriture

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Est-ce que tous peuvent analyser une écriture?

Pour comprendre une écriture.

Comme les rappeurs modernes ont un style parleur qui leur est propre, chaque époque a eu aussi son mode d’écriture. Pour trouver et comprendre le sens du langage des graffitistes on à besoin d’une initiation à leurs symboles. Il en est de même, si l’on veut saisir la teneur psychologique d’une écriture quelconque, il convient d’explorer les observations des différents graphologues. Il n’a que le sage qui peut former le sage.

L’écriture est une organisation avant d’être une communication. Qu’est-ce qu’une organisation ? C’est un espace, un contexte, un lieu d’expression. Je dirais que l’étude graphologique se situe plus dans l’organisation de l’écriture que dans le message, l’idée que le scripteur veut partager avec le lecteur.

En cheminant librement dans l’écriture, il est possible d’y découvrir le pouls du scripteur et de sentir son rythme. Les lignes d’une écriture vibrent et cette vibration se transmet du scripteur au lecteur. Intuitivement, le lecteur sent l’écriture et c’est au graphologue d’expliquer cette sensation qui parait voler au-dessus des mots.

Le rythme graphique parle à celui qui veut y prêter l’oreille. Comment se promener dans New-York sans penser aux motivations de son architecture ? Un rythme graphique nous parle, même si l’on tente de faire la sourde oreille. Lorsque nous sentons qu’une écriture est prisonnière d’une émotion, n’avons-nous pas l’impression que nous-mêmes nous sommes en prison ?

Puis, lorsque nous sommes en contact avec une écriture vive, comment se fait-il que nous avons l’impression de respirer la vie ? Serait-ce que l’effervescence d’une graphie serait communicative ?

En somme, chaque écriture a sa propre existence et dès que des traces graphiques prennent naissance sur le papier, elles laissent courir sous son mode organisationnel un monde d’émotions que le scripteur laisse échapper inconsciemment de sa plume.

Le défit du graphologue ce serait d’apprivoiser et de capturer ces émotions qui se glissent secrètement sur la page.

Analyser une écriture consisterait à explorer les signes graphiques qu’utilise le scripteur afin d’y trouver les caractères émotifs qui sont souvent cachés sous le contenu rationnel du texte,

ean-Paul Gagné

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message