Accueil Graphologie Mon écriture change constamment.

Mon écriture change constamment.

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Bonjour à vous tous,

Où que vous soyez dans le monde,c’est toujours une joie de vous saluer de ma petite ville de Rimouski au Québec.


C’est avec plaisir que je vous laisse lire une correspondance échangée avec une personne qui se demandait ce qu’elle pourrait apprendre si l’on prenait le temps d’observer son écriture. Pour les besoins de la confidentialité, je tiens à spécifier qu’Armand n’est pas le véritable prénom de l’auteur de la lettre.

Bonjour à vous,

Je suis vivement intéressé par vos interventions graphologiques. Vous me semblez être compétent dans votre domaine. Cependant, je m’interroge sur la capacité qu’aurait mon écriture sèche, de révéler ce qui se passe dans mon cœur.

Je suis une personne d’intérieur. Tout se passe sans que ne rien paraisse. Mon écriture me ressemble, elle ne laisse pas transparaitre les sentiments. Pour les trouver vous auriez besoin d’étudier mon écriture à l’aide du microscope et même là, je pense bien qu’elle ne vous révélerait pas grand-chose.

Je remarque aussi, que je n’écris pas de la même façon à tous les jours. Si je regarde les brouillons de mes différentes lettres que j’ai envoyées, il me semble que j’ai une toupie dans les doigts. Les lettres ne sont pas systématiques. Mais, la constante, c’est que j’y décèle la froidure et le « retient bien. » On dirait que la spontanéité m’est interdite.

Qu’en pensez-vous ?

Est-ce que je pourrais apprendre quelque chose sur moi si je vous demandais d’analyser certains textes que j’ai en main ?

Au plaisir de lire vos commentaires si vous en avez le goût et le temps.

Armand.

Bonjour à vous Monsieur Armand.

Pour un homme qui se décrit comme une personne froide, je sens dans le contenu de votre lettre un bagage de sentiments qui, tout de suite me laisse croire que l’évaluation que vous faîtes de votre caractère ne correspond pas à ce que je ressens à la lecture de votre courriel. Je dois vous dire que je doute vivement, que vous soyez une personne qui vit dans le secret émotif. Je gagerais même que votre écriture doit être révélatrice de ce que vous êtes. Vous pensez cacher vos sentiments, pourtant votre lettre confirme que dans votre cas, s’il y a secret émotif, c’est un secret de Polichinelle.

Puisque je n’ai pas vu votre écriture, je vais vous répondre théoriquement. Seule la vision concrète de votre graphie pourrait me permettre d’apporter quelques précisions plus personnelles.

Je vous dirais qu’il est normal que vous trouviez que votre écriture n’ait pas de sentiments, car le sentiment ne peut appartenir au graphisme, L’écriture comme telle n’a pas de sentiments, ce sont les sentiments qui s’expriment par l’écriture. C’est une nuance, mais elle est importante.

L’écriture, c’est une image peinte, meublée par le scripteur. Elle est un comportement appris, pratiqué et intégré. Votre écriture est un « continuums », une danse vivante sur la feuille dont le chorégraphe est celui qui tient la plume. Simplement par la lecture du contenu de votre courriel, il ne me viendra pas à l’idée de m’imaginer que votre élan graphique pourrait être froid. Il me faudrait de toutes évidences voir pour accepter de qualifier vos fioritures de constance, d’immobilisme ou de gel. Je n’hésiterais pas à dire qu’il vous serait profitable de compter sur le savoir accumulé d’un graphologue afin de mieux percevoir la richesse qui doit nécessairement couler entre vos lignes et vos marges.

Aussi, lorsque nous nous penchons sur une écriture nous voyageons dans le temps. L’écriture enrichit le présent, actualise le passé, pour déboucher dans l’espoir de l’avenir. Vous dites que vous n’avez jamais la même écriture. C’est normal. Chez quiconque, nous ne retournons jamais à la même graphie, ni aux fioritures identiques parce que sous la vie changeante, nous nous transformons et nos façons de nous livrer suivent notre destin, ce qui influence nos attitudes vis-à-vis le sort qu’on réserve à la plume. Nous ne sommes pas statiques et vous savez intuitivement que vous n’êtes plus la même personne qu’hier. Dans ce chemin, il ne faut pas vous surprendre devant les milles variétés de votre graphie.

Votre écriture devient une description d’une partie de votre personnalité. L’art de la graphologie n’est en pas un de vérité, plus modestement il se contente d’œuvrer dans la rivière des hypothèses.

La graphologie ne dit pas nécessairement ce que vous êtes. Plus simplement, comme en psychologie, elle tient compte des nombreuses observations d’une multitude de chercheurs et elle peut apporter au scripteur qui accepte vivre l’expérience de l’analyse une illustration de son caractère.

Jean-Paul Gagné

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message