“Il y a longtemps mes 2 livres de chevet ont été LEAVES OF GRASS de Whitman et L’ODYSSÉE d’Homère. Ces dernières années, ce sont plutôt L’HOMME RAPAILLÉ de Gaston Miron (1928-1996) et LE PROPHÈTE de Khalil Gibran (1883-1931).”
Guy Rancourt.Pour le lire
Six poèmes dont quatre qui sont animés.
Hommage au poète Guy Rancourt.

Le chant des sirènes

Capitaine d’un voilier dessouché de son mât
Par des intempéries voraces et féroces
Sournoises
Le piteux rafiot fonce dans l’estuaire
Se perd dans la mer houleuse
Le vieux radeau décrépit
Coule lentement
À pic

Soudain des voix surgissent
Au loin d’une île voilée de brouillard
Étrange musique qui secoue le capitaine moribond
Mi noyé mi mort sur l’épave
À demi inconscient à demi vivant
Le capitaine ouvre un œil
Se gratte les deux oreilles
Et se croise les dix doigts

J’entends ce cantique sublime et superbe
Je l’entends clairement
Haut et fort
Moi qui gis inerte sur ce grabat flottant
J’entends ce chant doux et mielleux
Mil voix de colombes et de rossignols
Caressent mes oreilles de leurs ailes soyeuses
J’entends ce bruissement musical envoûtant
Charmer mon ouïe tout rouillée
J’entends la mélopée des sirènes
Mil fados résonnent dans ma tête
Et je déraisonne sous cette kyrielle de sons
Qui sonnent
J’entends cette aria petite musique de nuit
Musique de chambre
Violoncelle et hautbois

Capitaine d’un vaisseau fantôme
J’entends clairement l’antienne des sirènes
Moi mi-zombie mi-cadavre
J’entends leurs voix-sangsues sensuelles
Mil cordages mil amarres vers leurs corsages
J’accoste sur les rives de l’île enchantée
Et me laisse glisser sur le rivage
À l’assaut du ravage de leurs baisers
Au lasso de leurs étreintes
Ô las au carnage de leurs assiduités
Je refuse d’ouvrir un œil
De me gratter les deux oreilles
Et de me croiser les dix doigts
J’abandonne totalement ma destinée
Aux mains des nymphes musiciennes
Aux appâts de leurs charmes

J’entends ce cantique sublime et superbe
Le chant des sirènes
Haut et fort
Hélas! Je n’entends plus ce doux refrain
Les battements de mon coeur

Guy Rancourt

INTERNET EXPLORER ou MOZILLA sont nécessaires
POUR VISUALISER ces ANIMATIONS
et OU Outlook Express doit être installé sur votre ordinateur.
Si vous ne voyez que des écrits ou s’il manque une image ou du son en ouvrant l’animation cliquez sur actualiser
cela va sans doute régler le problème.

Titre : Solitude
Cliquez ICI pour voir !

Poésie de Guy Rancourt.
Scénario par Ginette Villeneuve.

Titre : Où sont mes amis ?
Cliquez ICI pour voir !

Poésie de Guy Rancourt.
Scénario de Ginette Villeneuve

Titre : Le yin et le yang
Cliquez ICI pour voir !

Poésie de Guy Rancourt.
Scénario de Ginette Villeneuve

Titre : Variations
Cliquez ICI pour voir !

Poésie de Guy Rancourt.
Scénario de Ginette Villeneuve

June est de retour à Tours

June June où es-tu donc passée
Toi petite lune ?
June June où es-tu donc cachée
Toi gentille dame brune?
Dix ans déjà que tes pieds
N’ont point foulé les rives de la Loire !
Dix ans déjà que tes yeux
N’ont point fait clignoter nos miroirs !
Sur les marches de la cathédrale Saint-Gatien
Je me suis assis comme un enfant
Moi Damien
Dans l’attente de ton retour à Tours

June June où es-tu donc partie?
N’est-ce point à Tours
Qu’ont carillonné nos premières amours ?
Un soir de printemps près de la Loire
À l’ombre d’une vieille tour
J’ai vu sur ton visage comme dans un miroir
Des millions d’étoiles au-dessus de la Loire
Et c’est dans cette nuit noire
Que tes lèvres ont dessiné des petites lunes…
Viens viens June gentille dame brune
Près des rives de la Loire
Allons chanter nos amours
À l’ombre de la vieille tour…

Ce matin-là de novembre
Moi Damien
Je t’ai vue gentille dame brune
Au bras d’un bel Américain
Je t’ai suivie petite lune
Dans les ruelles de Tours ma ville
T’arrêtant dans les boutiques et cafés
Te promenant librement comme nos petites filles
D’Orléans ou de Poitiers…
Et pourtant, ce matin-là de novembre
Je me suis vu près de toi
June petite lune
Te prenant un instant la main
Nous allions près de la Loire
Comme deux amants le cœur plein d’espoir
Faire juste un petit tour
À l’ombre de la vieille tour
Lieu de nos premières amours…

June June où es-tu donc passée?
La Loire est un immense miroir
June June où es-tu donc cachée?
La Loire est une vaste armoire
Je me suis assis sur le parvis
De la cathédrale Saint-Gatien
Moi Damien
Que certains disent fou d’autres troubadour
Dans l’attente de ton retour à Tours
June June où es-tu donc passée?

Guy Rancourt

Regarde ce que j’ai trouvé, une sublime animation Flash…
c’est super :
L’odyssée d’Homère

et le site de Pier de Lune qui a traduit des poèmes de Walt
Poèmes de Walt

Un dessin animé tellement mimi…
Merci François Ravaillac.

Video très, très, très lourd mais tellement beau.

Merci aussi aux auteurs des images qui me
permettent de donner de la beauté aux gens…


Décor, animation, conception

Plus dans la section

Ginette Villeneuve

Related Post