Accueil Ginette Villeneuve Adam était l’adorable chien de George Wakeling

Adam était l’adorable chien de George Wakeling

- Imprimer ce texte - Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message

Partagez cette page avec :

Texte : George Wakeling.
Adam, mon cher, cher petit ange. Ta vie fut bien trop courte.

J’ai toujours peine à croire que tu n’es plus de ce monde. Chaque matin je me réveille en pensant que je venais de faire un cauchemar. Puis, après quelques secondes, la réalité rend ma vision trouble et mes joues redeviennent rivières encore.

Ce n’est qu’aujourd’hui que je réussis à trouver le courage de t’écrire sans fondre en sanglots et à te rendre un hommage qui est à ta hauteur.

Je me souviens du jour où tu es entré dans ma vie. Ce fut le coup de foudre. Après avoir exploré ton nouvel environnement, tu es venu te blottir contre moi. Nos cœurs se sont reconnus. L’attachement fut immédiat, mutuel et magique. J’ai aussi immédiatement ressenti qu’en dépit de ton passé difficile, que l’amour que tu avais à donner était pur. Quelle noblesse ! Dans l’instant qui suivit, je me suis fait la promesse solennelle de te redonner au centuple tout l’amour que tu n’avais pas eu. En fait on ne peut pas parler de promesse mais plutôt d’un gigantesque soubresaut de mon cœur, qui n’avait qu’une seule envie : te le donner cet amour qu’on t’avais cruellement refusé. J’ai juré sur le champ de tout faire pour te rendre heureux et confiant que le monde peu être un bon endroit, et de veiller sur toi.

Je me souviens comme si c’était hier de la première fois que je t’ai emmené au parc avec ta sœur adoptive, Rosalie, pour aller jouer à ‘Vas chercher la balle’. Quelle joie que de te voir instinctivement partir à courir comme un guépard et me ramener la balle et aussi de te voir si bien jouer avec ta sœur ! Je ne t’ai pas montré que j’ai effectivement versé des larmes de joie ce matin là… Il faisait un temps magnifique et le soleil ne brillait que pour toi, Rosalie et moi pendant un long moment. Tes plus grands besoins, après manger, étaient bel et bien de courir, t’amuser et aimer.

Je me souviens clairement des nombreuses balades que nous avons faites et de voir à quel point tu t’adaptais à merveille à ta nouvelle vie citadine. Mon cœur battait en paix, soulagé du fait que ce nouvel environnement ne te déroutait pas. Et te voir trotter allègrement dans l’effervescence urbaine, en observant le tout d’un œil curieux et amusé, me transportait de joie.

Je me souviens avec nostalgie à quel point tu aimais tes ami (e) s quadrupèdes et jouer avec eux. Je persiste à penser que tu n’avais pas connu ces jeux et qu’ils te rendaient tellement heureux ! Je pouvais donc facilement concevoir et comprendre les moments où tu insistais un peu trop auprès de tes ami (e) s pour jouer. Tout ce que tu souhaitais était de continuer à jouer comme si c’était la chose la plus fantastique au monde.

Parmi mes plus précieux souvenirs sont les nombreuses nuits et autres moments de la journée où tu te blottissais contre moi, le plus près possible, désirant intensément ressentir le contact de ma peau contre la tienne. Tu étais bien et en équilibre dans ce partage d’amour. Il t’avait grandement manqué ce partage, mon petit ange.

Je ressens un peu de sérénité en sachant que je t’ai aidé à retrouver ton équilibre. Les deux derniers mois de ta courte vie auront été les deux mois où tu faisais partie intégrante d’une famille qui te nourrissait à ta faim et t’aimait profondément.

J’aurais souhaité avoir beaucoup plus de temps avec toi Adam. Il te restait tant à recevoir et tant à donner. J’aurais souhaité prendre des milliers d’autres photos de toi. Par dessus-tout, j’aurais souhaité que TU aies beaucoup, beaucoup plus de temps pour continuer ta nouvelle vie où la peur n’existait plus.

Afin de t’honorer, chacun des jours depuis que tu nous as quitté, j’ai réédité 8 des nombreuses photos que j’ai de toi avec le plus grand soin. Une photo par jour… Pour être honnête, j’ai réparti ce labeur d’amour sur une semaine pour empêcher mon cœur d’imploser. Je joins ces photos à cette publication. J’ai aussi réédité avec beaucoup d’amour l’image de la couverture ici. Ton papa et ta sœur aiment beaucoup cette image. Ça fait 8 jours maintenant que tu nous as quitté.

Pourquoi 8 photos? Et bien, 7 photos pour chacun des jours de la semaine sur cette terre. Puis une 8ème pour le jour éternel, ton jour dorénavant. Chacune des photos a été soigneusement choisie. Chacune incarne une des facettes de toi qui, toutes réunies, te rendait si unique, petit ange : tendre (malgré un lourd passé), noble, enjoué, espiègle, ta fantastique capacité d’adaptation, athlétique, ton grand amour des autres quadrupèdes et amoureux de la vie. Pour le 8ème jour, j’ai simplement choisi une des nombreuses photos que j’ai de toi en train de courir… Comme tu aimais courir !

Reposes en paix mon très, très cher Adam. Maintenant, cours mon petit ange ! Il n’y a pas de voitures qui pourraient te blesser le 8ème jour et il n’y a pas de laisses. Les champs sont bondés de nourriture le 8ème jour et le bonheur est tien pour toujours.

Avec énormément de tendresse et beaucoup d’amour,

George
XOX

Merci George pour le texte et les photos. Chroniques et bulletins de Ginette Villeneuve : http://planete.qc.ca/Ginette-Villeneuve Mon site web :Mon site

MON LIEN FACEBOOK : https://www.facebook.com/people/Ginette-Villeneuve/100017666836979

Imprimer ce texte - Cliquez ici pour recevoir ce texte par courriel
Partagez cette page avec :
Cliquez sur mon nom pour m'envoyer un message