J’ai dessiné le train et je l’ai ajouté à l’image

 

Le train

Dans un bruit de tourments et de cris métalliques,

Arraché du néant, un point dans le lointain

Brave les derniers feux d’un soleil en déclin

Entre les quais brumeux, droit, apocalyptique.

Il ne doit que passer, l’annonce en sera faite

Dans le son compassé que le haut-parleur tord :

« Attention sur le quai, dégagez les abords ! »

Mais non ! La voix se tait. A mes pieds il s’arrête.

Une portière râle et s’ouvre, monstrueuse,

L’œil éteint, le teint pâle, incrédule, j’y monte

Les minutes s’en vont que ma hantise compte

Au diable rédemption ! A rebours la trotteuse !

Vouloir fuir serait vain face au coup de sifflet

Quand s’ébranle le train de sa masse verdâtre,

Je ne puis au dehors qu’un coup d’œil opiniâtre

Sur mon sac et mon corps restés seuls sur le quai.

Marc EMILIEN

Mon dessin au crayon noir – Le train

88888

Plus dans la section

Flash !

Related Post