La bataille légale entre le Département américain de la Justice et Microsoft, le numéro un mondial du logiciel pourrait devenir la plus grande bataille juridique de l’histoire américaine.

Le bras de fer est tellement important que le président des États-Unis, Bill Clinton, affirme qu’il peut avoir des conséquences très graves sur l’économie américaine.

Selon Bill Gates, le patron et principal actionnaire de Microsoft, il s’agit d’une attaque en règle de l’État contre la libre entreprise.

Du côté de Washington, on accuse Microsoft d’avoir
«engagé des pratiques anti-compétitives et exclusives, ayant pour but de conforter son monopole sur les systèmes d’exploitation des ordinateurs personnels et d’étendre ce monopole aux logiciels de navigation d’Internet.»

«Nous agissons pour préserver la compétition et pour promouvoir l’innovation dans l’industrie informatique» dit le gouvernement.

Cette offensive est appuyée par les ministères publics de vingt états américains.

Pour Bill Gates, exiger le chargement de Netscape conjointement à celui d’Explorer «équivaut à demander à Coca-Cola d’inclure deux cannettes de Pepsi dans chaque paquet de six». Ou retirer Explorer revient, «à demander au même Coca-Cola d’altérer sa formule».

Ce que M. Gates ne dit pas, c’est qu’il y a des milliers d’entreprises qui fabriquent et vendent des boissons gazeuses dans le monde alors que le seul système d’exploitation qui existe (+ de 90% du marché) est celui de Microsoft.

La fortune personnelle de Bill Gates oscille en ce moment autour de 45 milliards de dollars américains.


Pour en lire plus sur ce dossier,
cliquez sur le journal français, Libération.


88888

Plus dans la section

Flash !

Related Post