Lancement géant, hier soir, du Carnaval de Rio, sans doute la fête la plus folle, la plus débridée, la plus torride, la plus sexy au monde.

Musiciens et danseurs sont partout, sur les plages et dans les bars pour rythmer des sambas endiablées.

Depuis une semaine déjà les “bandas” et “blocos” (associations de carnaval de quartier) ont donné le ton en défilant bruyamment dans les rues de la ville. Affublés de noms fantaisistes ou irrévérencieux (“Ma chérie je reviens tout de suite”, “Presse-moi, je me pâme”, “Pousse, ça va démarrer”, “La sympathie est presque de l’amour”, “C’est quoi cette merde”), disposant de peu de moyens mais très populaires, les “blocs” sont prétexte à tous les débordements et un moment privilégié pour la “paquera” (la drague).

Ils mettent la ville “en climat de carnaval” avant les deux grandes nuits d’apothéose de la samba, le défilé des grandes écoles dimanche et lundi.

Les 14 écoles tradionnelles du premier groupe telles Portela, Salgueiro, Imperatriz Leopoldinense (vainqueur 1999 et 2000), Caprichosos de Pilares, Unidos da Tijuca ou encore Mocidade Independente de Padre Miguel ont préparé pendant un an le grand concours de luxe, de musique et de danse où les mots d’ordre sont discipline et rigueur. Même pour les vedettes du show business qui défilent pour leur école préférée.

Malheur au concepteur d’un char allégorique qui restera bloqué au milieu du sambodrome ou au cordonnier qui fera boiter une “aile” entière de participants en faisant perdre le point ou le demi-point qui effacera d’un seul coup le rêve d’une victoire.

Tout sera noté: la mélodie de la samba, les costumes, les chars, les percussions et surtout la cohésion et la coordination entre les différentes “ailes”, assurée par des “surveillants” se faisant obéir à coups de sifflet.

Pour moins de 60 minutes de défilé, ce sont des mois de travail et pour chacun des “destaques” (figures principales des chars allégoriques) et des “passistas” (danseurs) ce sont des heures de maquillage et de massages avant le parcours des 700 mètres du tapis d’asphalte du Sambodrome qui peut conduire à la gloire.

Cette année, les écoles évoquent le rêve d’un monde de paix et d’amour à travers différenrts thèmes.

Vêtus de déguisements luxueux appelés fantasias- les quelque 30.000 membres des écoles du premier groupe défileront devant 65.000 personnes.

Quelque 350.000 touristes sont attendus à Rio pour le carnaval dont 40 pour cent viennent de l’étranger, principalement des Argentins et des Américains qui depenseront plus de 100 dollars pour une place au sambodrome.

Le vainqueur, proclamé le mercredi des Cendres, défile le samedi suivant avec des troupes clairsemées, des plumes en moins, mais sans les angoisses de la “grande nuit” du carnaval officiel.

88888

Plus dans la section

Flash !

Related Post